rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Japon/législatives anticipées: ouverture des bureaux de vote
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Djibouti: «La mort de Jabah est un assassinat politique prémédité»

Par Laura Martel

Il était devenu le symbole des détentions arbitraires à Djibouti, l’opposant Mohammed Ahmed dit « Jabha », considéré comme le plus ancien prisonnier politique du pays, est décédé mercredi en détention, des suites d'une grave maladie. Accusé par le régime d’être un agent érythréen il avait été arrêté en 2010 puis avait attendu pendant 7 années son procès avant d’être finalement condamné en juin dernier. « Un assassinat politique programmé », selon son avocat. C'est également le sentiment de Dimitri Verdonck, président de l'association Cultures et Progrès qui soutient les défenseurs de droits humains, notamment à Djibouti. Il revient sur les circonstances de ce décès qui met une nouvelle fois en lumière la dureté du régime djiboutien.

« Jabha est à la prison de Gabode depuis déjà plus de 7 ans dans des conditions tout à fait déplorables. Il a été condamné récemment à 15 ans de prison parce que les 7 années durant lesquelles il était en prison, il était en détention, il n’avait pas encore été condamné. (...) »

Togo: Tikpi Atchadam (PNP) et le ministre de la Communication, Guy Madjé Lorenzo

En Afrique, la parité homme-femme reste «un rêve inachevé» pour l'Unfpa

Mauritanie: «ce qui frappe dans le camp, c’est le désespoir des réfugiés»

CICR: «La réponse humanitaire n’est pas à la hauteur des besoins de la RDC»

Scolarité au Mali: pour l'Unicef, «la situation s'est nettement dégradée»

17ème Forum de Paris «comment industrialiser l’Afrique via l’entrepreneuriat ?»

«Ce continent génère des perspectives pour les entreprises françaises et africaines»

Naufrage du Joola: 15 ans après «rien n'a changé», déplore Nassardine Aidara

Mort du khalife des Tidjanes: «on l’appelait Al Amine, le digne de confiance»

Mohammed al-Dairi demande au Conseil de sécurité du «concret» pour la Libye