rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Madagascar: «Il faut que les chauffeurs prennent leurs responsabilités»

Par Sarah Tétaud

Hier matin, mardi 1er août, à Madagascar, aux alentours de minuit et demi, un bus à deux étages a basculé dans un ravin de la route nationale 4. A son bord, environ 140 personnes qui se rendaient à un synode protestant à Mahajanga, au nord-est de l’île. Au lendemain des faits, le dernier bilan était de 21 morts et 118 blessés. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes du drame. Cet accident mortel spectaculaire n’est pas le premier de l’année et les mesures prises par les autorités pour éviter ces accidents n’ont visiblement à nouveau pas eu d’effet. Au micro de Sarah Tétaud, le ministre des transports Benjamina Ramanantsoa Ramarcel, pointe du doigt plusieurs facteurs et plusieurs responsables.

« C’est un gros car qui transportait… Là, on a pas encore de chiffre exact confirmé, mais on suppose d’après les témoignages qu’il avait 140 personnes à bord. Un gros car, qui d’après les services de l’Agence des transports terrestres, ne devrait pas dépasser plus de 80 personnes. (…) »

Aide au développement: «Il faut tenir compte des besoins des communautés»

M.Mahounon: «Le Liberia fait désormais partie de ces pays où la démocratie fonctionne»

UNICEF: baisser le taux de mortalité néonatale, une «question de volonté politique»

«L’important pour le MDC est de proposer quelque chose de constructif pour le Zimbabwe»

Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa a «une légitimité historique incontestable»

Guerre d'Algérie: indemnisation des victimes algériennes, «une avancée majeure»

Ethiopie: «la question des frontières n'a pas été définitivement résolue»

«Il y a une volonté de la Turquie de s’implanter sur le continent africain»

RDC: «Goma est une ville touristique, elle donne beaucoup d’opportunités»

Partenariat mondial pour l’éducation: «La bataille de l’éducation pour tous n’est pas encore gagnée»

«La France doit avoir une perspective beaucoup plus large dans le traitement du Maghreb»

RDC: «La Céni était d’accord et souhaitait ce groupe d’experts internationaux»