rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

W. Gasamagera: «Le FPR a organisé cette campagne en comptant (…) sur les contributions de ses membres»

Par Florence Morice

Ce vendredi près de 7 millions de Rwandais sont appelés aux urnes pour la présidentielle. Face au président sortant Paul Kagame qui tient le pays d’une main de fer depuis 23 ans, deux petits candidats d’opposition sont en lice. Au début de la campagne le président rwandais avait affirmé que l’élection était « jouée » depuis 2015, lorsque les Rwandais ont voté en faveur d’une réforme de la Constitution l’autorisant à briguer ce 3e mandat. Le porte-parole du parti au pouvoir, le FPR, est l’invité de la rédaction. Wellars Gasamagera répond à Florence Morice.

« Si les autres partis ou autres candidats ne peuvent pas parvenir à rassembler des moyens pour mener campagne, ce n’est pas du tout notre problème. Nous ne sommes pas là pour appuyer l’opposition ni pour obstruer, de quelque sorte, leur liberté. »

Aide au développement: «Il faut tenir compte des besoins des communautés»

M.Mahounon: «Le Liberia fait désormais partie de ces pays où la démocratie fonctionne»

UNICEF: baisser le taux de mortalité néonatale, une «question de volonté politique»

«L’important pour le MDC est de proposer quelque chose de constructif pour le Zimbabwe»

Afrique du Sud: Cyril Ramaphosa a «une légitimité historique incontestable»

Guerre d'Algérie: indemnisation des victimes algériennes, «une avancée majeure»

Ethiopie: «la question des frontières n'a pas été définitivement résolue»

«Il y a une volonté de la Turquie de s’implanter sur le continent africain»

RDC: «Goma est une ville touristique, elle donne beaucoup d’opportunités»

Partenariat mondial pour l’éducation: «La bataille de l’éducation pour tous n’est pas encore gagnée»

«La France doit avoir une perspective beaucoup plus large dans le traitement du Maghreb»

RDC: «La Céni était d’accord et souhaitait ce groupe d’experts internationaux»