rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Bonjour l'Europe
rss itunes deezer

Course contre la montre à Rome pour que l'eau coule encore

Par Anne Le Nir

Si d’ici vendredi 28 juillet aucun accord n’est trouvé entre la ville de Rome, la région du Latium et la société de gestion de l’eau potable, l’ACEA, les robinets d’un Romain sur deux seront à sec, dès le vendredi 28 juillet à minuit. Des réunions sont en cours depuis ces dernières heures.

de notre correspondante à Rome,

Tout a commencé par cette déclaration alarmante du gouverneur de la région du Latium Nicola Zingaretti : « Nous assistons à une tragédie. Nous devrons suspendre la captation de l’eau dans le lac de Bracciano dès le 28 juillet pour sauver l’éco système de la zone ». Sur ce, l’agence de gestion de l’eau à Rome, l’ACEA, qui est détenue à 51% par la municipalité, a réagi durement. Estimant que l’ordonnance décidée par la région était disproportionnée par rapport aux besoins couverts par le lac, les dirigeants de l’Acea ont décidé que, sans une solution alternative, il faudra couper huit heures par jour, et par rotation, les robinets et ce dès vendredi 28 juillet. Cette mesure impacterait 1,5 million d’habitants ainsi que des services privés ou publics.

Des conditions climatiques difficiles

Les effets du changement climatique sont de plus en plus palpables dans les trois-quarts du pays. À Rome et dans le Latium, durant les mois de juin et juillet les précipitations ont diminué de 70 % par rapport à la même période en 2016. Et, actuellement, le niveau d’eau du lac de Bracciano a atteint 160 cm en-dessous du seuil minimum. La météo prévoit une baisse des températures, des orages et des averses ces prochains jours. Mais dès le 31 juillet c'est retour à la canicule avec toutes ses conséquences !

60% de l'eau n'arrive pas à destination

Si les Romains doivent subir des coupes d’eau, c’est aussi en raison de l’état obsolète du réseau hydrique qui n’a pas été rénové au moins depuis 30 ans et qui est comparable à une passoire. En effet, 60 % de l’eau acheminée vers Rome se perd en route !  En outre, les Romains sont les rois du gaspillage. L’eau coûte très peu cher, si bien que chaque adulte utilise allègrement 250 litres d’eau par jour, voire 300, contre une moyenne de 120 à 150, pour les Parisiens.

Mardi 25 juillet, une réunion a été organisée par la maire de Rome, Virginia Raggi, en présence de représentants de la région et de l’agence de gestion de l’eau potable. L’édile de Rome a annoncé qu’un groupe de travail avait été institué pour tenter de conjurer le rationnement drastique en eau. Et que ce groupe se réunirait aujourd’hui et tant qu’il le faudrait pour trouver des solutions techniques qui permettraient d’alléger les désagréments pour les habitants de la Ville Éternelle, ainsi que pour les touristes, dont beaucoup sont en famille avec des mamies et enfants en bas-âge.

Royaume-Uni: haro sur la gestion de la réforme des minima sociaux de Theresa May

Frictions entre le groupe aéronautique Airbus et le gouvernement autrichien