rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football: Le Paris Saint-Germain remporte la Coupe de France face à Angers (1-0)
Invité Afrique
rss itunes deezer

Y. Benamou (ex-salarié SNCF): «A travail égal, rémunération égale» jamais respecté

Par Jean-Jacques Louarn

En septembre 2015, la Société national des chemins de fer français - la SNCF - avait été condamnée pour discrimination dans la carrière et la retraite de plus de 800 salariés de nationalité ou origine marocaine, tous arrivés en France à la fin des années 1960 ou 1970. Mais la SNCF avait fait appel de ce jugement. Les Chemins de fer sont accusés par ces salariés (chibanis) de ségrégation, discrimination, de traitements différenciés avec leurs collègues français. D'être considérés comme des salariés de seconde zone. Un nouveau procès s'est tenu cette semaine. La cour d'appel rendra son jugement le 31 décembre 2018. Les salariés réclament en tout 628 millions d'euros de dommages et intérêts. La cour a notamment entendu quatre de ces anciens salariés. Jean-Jacques Louarn s'entretient avec l'un deux, Yannick Benamou.

« Dans l’article 3 de ce contrat, il est bien précisé que "le travailleur étranger doit recevoir à travail égal, une rémunération égale à celle de l’ouvrier français de même catégorie". Malheureusement, cela n’a jamais été respecté. »

R. Hemer (Sahel): «On a de plus en plus d'irrégularité sur le rythme des pluies»

Cellou Dalein Diallo: Alpha Condé «n'a jamais été élu dans des élections transparentes»

Les vérités d’un ancien général français sur la crise de l’armée ivoirienne

Jean Hervé Bradol (MSF France): «On était horrifié par le niveau de violences»

IBK sur RFI: «Le président Macron semble déterminé à nous aider avec force»

D. Nzapalainga (RCA): «Calme précaire à Bangassou, la population manque de tout»

François Patuel: «Il y a beaucoup d'assassinats de défenseurs des droits humains»

Jean-Pierre Langellier: «si Mobutu avait voulu sauver Lumumba, il aurait pu»

Elie Kamano: «les dirigeants guinéens ne veulent pas laisser la place aux jeunes»

Laurent Bigot: au Sahel, «la France est perçue comme une armée d'occupation»

Yanis Thomas (Survie): Macron et l’Afrique, «nous jugerons sur les actes»

Bachir Ben Barka : «J’espère que ces documents vont enfin nous aider à avancer»

P. Onanga-Anyanga (Minusca) sur l'agression de casques bleus: «Nous condamnons»