rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le pape quitte Lima après une tournée au Chili et au Pérou
  • France/Prisons: la ministre de la Justice recevra lundi 22 janvier les organisations syndicales (communiqué)
  • Foot: Lyon inflige à Paris sa 2e défaite de la saison en Ligue 1 lors de la 22e journée (2-1, buts de Fekir et Depay contre un but Kurzawa)
  • Mahmoud Abbas va demander à l'UE de reconnaître l'Etat de Palestine (responsable palestinien)
  • CHAN 2018: le Maroc termine en tête du groupe A après son match nul face au Soudan (0-0), qui se classe 2e
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Quel impact reste-t-il de la politique de Mobutu sur l'actuelle RDC?

Par Nathalie Amar

C’était il y a tout juste 20 ans. Le 16 mai 1997, Mobutu Sese Seko, l’homme qui avait régné d’une main de fer sur la République démocratique du Congo pendant 32 ans, le Zaïre à l’époque, quitte la capitale congolaise. Alors que Laurent-Désiré Kabila est aux portes de Kinshasa, l’homme à la toque de léopard, s’enfuit vers Gbadolite, son fief, puis vers le Togo, et le Maroc où il mourra 4 mois plus tard. Michela Wrong, journaliste et écrivain, vit à Kinshasa à l’époque. Correspondante pour l’Agence de presse Reuters, elle couvre les derniers soubresauts du régime Mobutu. Une expérience qui a alimenté un ouvrage sur Mobutu, In the footsteps of Mr Kurz publié en 2000. Aujourd’hui au micro de Lea-Lisa Westerhoff, elle revient sur ces dernières années de règne et son héritage.

« On parle toujours de la violence, mais selon moi, le pire c'est la gestion économique de Mobutu. Le Congo est un pays tellement riche, avec l'or, le coltan, le pétrole, les diamants... En principe ce pourrait être un des pays les plus riches d'Afrique... »

Migrants en Libye: la FIDH réfute la terminologie de «retours volontaires»

Guinée-Bissau: pourquoi le président Vaz tarde à nommer le nouveau Premier ministre

Tunisie: «le piment coûte 5 dinars le kilo, c’est incroyable, c’est de la folie»

Conflits paysans au Nigeria: «Il faut un plan national pour gérer les ranchs»

Manifestations en Tunisie: «Les revenus des classes moyennes se sont rétrécis»

Tirs à Bouaké: c’est révélateur d’une «armée qui n’a pas de cohésion»

Bénin: la Cosi dénonce un «recul des libertés syndicales et démocratiques»

Inondations en RDC: «La vraie difficulté, c’est qu’on n’anticipe pas cette situation, on la subit»

Ouganda: «Museveni est l'allié privilégié des Américains et de l'Occident»

Sénégal: «la revendication de Salif Sadio c’est l’indépendance de la Casamance»

Nouvel ouguiya en Mauritanie: «aucune crainte à avoir» selon la Banque centrale

Soudan du Sud: «La majorité des déplacés et réfugiés sont des enfants»

RDC: «D'après nos recherches, c'est le prix de passeport le plus élevé au monde»

Nigeria: «une pénurie de pétrole due à l’incompétence de cadres de la NNPC»

Maroc/pauvreté: «le silence et la négligence de l’Etat n’est plus supportable»