rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Quel impact reste-t-il de la politique de Mobutu sur l'actuelle RDC?

Par Nathalie Amar

C’était il y a tout juste 20 ans. Le 16 mai 1997, Mobutu Sese Seko, l’homme qui avait régné d’une main de fer sur la République démocratique du Congo pendant 32 ans, le Zaïre à l’époque, quitte la capitale congolaise. Alors que Laurent-Désiré Kabila est aux portes de Kinshasa, l’homme à la toque de léopard, s’enfuit vers Gbadolite, son fief, puis vers le Togo, et le Maroc où il mourra 4 mois plus tard. Michela Wrong, journaliste et écrivain, vit à Kinshasa à l’époque. Correspondante pour l’Agence de presse Reuters, elle couvre les derniers soubresauts du régime Mobutu. Une expérience qui a alimenté un ouvrage sur Mobutu, In the footsteps of Mr Kurz publié en 2000. Aujourd’hui au micro de Lea-Lisa Westerhoff, elle revient sur ces dernières années de règne et son héritage.

« On parle toujours de la violence, mais selon moi, le pire c'est la gestion économique de Mobutu. Le Congo est un pays tellement riche, avec l'or, le coltan, le pétrole, les diamants... En principe ce pourrait être un des pays les plus riches d'Afrique... »

Burkina/Attentat: «C’est un drame humain mais c’est aussi un drame économique»

Intempéries en Sierre Leone: «L’espoir de retrouver des survivants est faible»

Alpha Barry: «Le président Macron a exprimé sa solidarité au peuple burkinabè»

Cameroun: «Malgré un retour au calme, les éléments de la crise sont toujours là»

Rwanda: F.Habineza et P.Mpayimana, candidats à l’élection présidentielle

W. Gasamagera: «Le FPR a organisé cette campagne en comptant (…) sur les contributions de ses membres»

Avignon 2017: «Sankara, c’est le Che de l’Afrique, sa parole doit rester»

Crise libyenne: accord signé à Paris, les réserves du diplomate Patrick Haimzadeh

Nord-Kivu: fermeture de bases de la Monusco, le général Commins se veut rassurant

9e conférence internationale sur le VIH: «la présence de l'Afrique est importante»