rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes deezer

Quel impact reste-t-il de la politique de Mobutu sur l'actuelle RDC?

Par Nathalie Amar

C’était il y a tout juste 20 ans. Le 16 mai 1997, Mobutu Sese Seko, l’homme qui avait régné d’une main de fer sur la République démocratique du Congo pendant 32 ans, le Zaïre à l’époque, quitte la capitale congolaise. Alors que Laurent-Désiré Kabila est aux portes de Kinshasa, l’homme à la toque de léopard, s’enfuit vers Gbadolite, son fief, puis vers le Togo, et le Maroc où il mourra 4 mois plus tard. Michela Wrong, journaliste et écrivain, vit à Kinshasa à l’époque. Correspondante pour l’Agence de presse Reuters, elle couvre les derniers soubresauts du régime Mobutu. Une expérience qui a alimenté un ouvrage sur Mobutu, In the footsteps of Mr Kurz publié en 2000. Aujourd’hui au micro de Lea-Lisa Westerhoff, elle revient sur ces dernières années de règne et son héritage.

« On parle toujours de la violence, mais selon moi, le pire c'est la gestion économique de Mobutu. Le Congo est un pays tellement riche, avec l'or, le coltan, le pétrole, les diamants... En principe ce pourrait être un des pays les plus riches d'Afrique... »

Centrafrique: «A Bangui, personne ne donne du crédit à cet accord de paix»

Mauritanie: «plus de sécurité au Sahel, c’est plus de sécurité dans le monde»

Congo-Brazzaville: «Les viols sur les jeunes filles est un phénomène nouveau»

«Pour un réfugié, la meilleure option consiste à pouvoir rentrer dans son pays»

Terrorisme en Afrique de l’Ouest et au Sahel: des expatriés «plus prudents»

Pour le HCDH: «Il faut s'occuper des causes qui font fuir les gens de l'Erythrée»

Législatives françaises: zoom sur la 10e circonscription des Français de l'étranger

Législatives: 2 candidats se revendiquent de LREM dans la même circonscription

Afrique: «Les albinos sont considérés comme des êtres dotés de pouvoirs»

«Les milices n’étaient pas très d’accord pour que Saïf al-Islam reste à Zintan»

Eric Hazard de l'ONG Save the children, présente le rapport «Enfances volées»

«C’est une fierté légitime de voir un Africain à la tête de l’OMS»