rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
La marche du monde
rss itunes deezer

Erdogan serait-il le nouvel Atatürk ?

Par Valérie Nivelon

Historiquement, tout les oppose, et pourtant, le président Erdogan veut être le nouveau « père » de la Turquie.
Une dénomination jusque-là réservée à Mustafa Kemal, le fondateur de la République turque.
Rebaptisé Atatürk en 1934, le père de la Turquie moderne est un nationaliste laïc tourné vers l’Occident, inspiré par le modèle économique soviétique.
Tandis que le président Erdogan, le premier à être élu au suffrage universel, est un islamiste anti-occidental, nostalgique de l’empire ottoman, et ultra-libéral.
Mais à l’instar d’Atatürk, dont il ne prononce jamais le nom, Erdogan veut l’unicité des pouvoirs afin de régner en maître absolu sur ce qu’il appelle la nouvelle Turquie, autoritairement ré-islamisée.

Avec :
- Ahmet Insel
, économiste et politologue turc, auteur de plusieurs ouvrages dont « La nouvelle Turquie d’Erdogan » aux éditions la découverte et « Dialogue sur le tabou arménien » avec Michel Marian, aux éditions Liana Levi.
- Jean-François Pérouse, directeur de l’Institut Français des Etudes Anatoliennes en Turquie, au micro de notre correspondant Alexandre Billiette à Istanbul.

Une émission mise en ondes par Eliott Bourel, au son de nos archives RFI.
 

«Noire est notre cause»: le festival de Dakar 66 ou la négritude épanouie (3)

«Noire est notre cause»: Paris 56, les intellectuels définissent leur rôle dans les indépendances (2)

Série «Noire est notre cause»: génération nègre ou la genèse de Présence Africaine (1)