rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité du matin
rss itunes deezer

Marine le Pen: «nous n’avons plus les moyens de recevoir des étrangers»

Par Frédéric Rivière

Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l’élection présidentielle est l'invitée du matin de RFI ce vendredi. Elle s'est exprimée sur le terrorisme islamiste, sur sa campagne présidentielle et sur son éventuelle qualification au second tour.

Marine Le Pen a notamment réagi à l’attaque terroriste commise dans la soirée de jeudi 20 avril 2017 sur les Champs-Elysées, à Paris. « Le fondamentalisme islamiste lance une guerre et, aujourd’hui, les réponses qui sont apportées, notamment par la France, puisque c’est elle qui m’intéresse au premier chef, […] eh bien les mesures ne sont pas prises pour limiter au maximum le risque, dont nous savons qu’il est impossible de l’amener à zéro. »

La candidate frontiste affirme qu'elle aura face à elle « au second tour un mondialiste, qu’il soit décomplexé comme M. Macron ou honteux comme M. Fillon ». Elle se veut rassurante envers « les français d’origines étrangères » qui d'après elle « n’ont aucune peur à avoir, je serais la présidente de tous les français, de filiation et d’adoption ».
 

Jacques Krabal: «La francophonie doit collectivement se faire entendre davantage»

Hakim El Karoui, essayiste, auteur de «L’Islam, une religion française»

Alain Richard, sénateur LREM du Val-d’Oise, ancien ministre de la Défense

Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des lois à l’Assemblée nationale

Jean-Baptiste Danet: «La France est en train de s'enlever ses boulets du pied»

Denis Masseglia: «On a un potentiel d'une vingtaine de médailles» pour les JO-2018

Laurence Rossignol: «dans le monde, six femmes sont excisées chaque minute»

Denis Macshane (ex-ministre britannique) : Brexit, «le parti conservateur est divisé entre réalistes et ultras»

Eric Woerth (Les Républicains): «Le président de la République doit tenir le langage de la fermeté en Corse»

Sylvain Maillard (LREM): « Il n’y a pas de leçons à tirer d’une élection législative partielle »

Ian Brossat: «Si on n’organise pas l’accueil, on crée les conditions du chaos»

L. Guirous (LR): «Il ne faut pas laisser quelques esprits chagrins nous perturber»