rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse Afrique
rss itunes deezer

A la Une: Côte d’Ivoire, EDS, coalition pro-Gbagbo

Par Norbert Navarro

EDS est né ! Et avec cet « Ensemble pour la démocratie et la souveraineté », les « Gbagbo ou rien » ont un objectif des plus clairs, lance L’Infodrome : « reprendre le pouvoir » en 2020.

Composé de quatre partis politiques, l’AIRD, le RPP, l’UNG mais aussi le FPI « tendance Sangaré », souligne ce portail Internet, ainsi que du Cojep ou encore du  syndicat Synap-ci, EDS est présidé par Georges Armand Ouégnin.

A noter qu’« en plus des partisans de l’ancien président ivoirien, les députés  Stéphane [Philibert] Koudougnon de Cocody - co-listier de Yasmina Ouégnin - et Sidonie Asseu d’Akoupé étaient présents à [la] cérémonie de lancement », d’EDS, souligne ce portail Internet créé il y a cinq ans par le premier groupe indépendant de presse en Côte d’Ivoire, également propriétaire des quotidiens L’Inter, Soir Info et Star Mag Plus.

Les « Gbagbo ou rien », en référence à l’ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo ? C’est en effet « Abou Drahamane Sangaré, chef de file de la fronde au Front populaire ivoirien et ses proches », qui sont à l’initiative de la création d’EDS, relève aussi PolitikAfrique. Ce site d’information en ligne remarque que Georges Armand Ouégnin et EDS aspirent à une réconciliation « vraie », et PolitikAfrique souligne que cette plate-forme a pour « unique référant politique Laurent Gbagbo », dont elle se « donne pour mission d’œuvrer à la libération ainsi que celle de tous les pro-Gbagbo en détention ».

Gbagbo certain de la victoire

Après la CNC ou le Front du refus, c’est donc une nouvelle coalition de l’opposition qui voit le jour en Côte d’Ivoire. Le site Koaci.com estime qu’EDS est une « photocopie conforme de la Coalition nationale pour le changement et du Front du refus ». Mais c’est aussi un « nouvel outil de combat pour la libération du président Laurent Gbagbo », admet ce journal ivoirien en ligne, qui souligne également que cette coalition d’opposition « compte tout mettre en œuvre pour obtenir des pouvoirs publics le retrait de la république de Côte d’Ivoire du statut de Rome », lequel, rappelons-le, fonde la Cour pénale internationale.

Qu’en pense Laurent Gbagbo ? Justement, Koaci.com publie des extraits de son message adressé à l’EDS, et dans lequel l’ex-chef de l’Etat ivoirien, toujours détenu à La Haye, aux Pays-Bas, « rassure ses partisans qu’il sortira vainqueur de cette épreuve (…) Ce n’est pas seulement une conviction. C’est une certitude que je voudrais partager avec chacune et chacun de vous », écrit-il dans son message lu lors de la cérémonie de création d’EDS par « le gouverneur Dakoury » Tabley, complète Koaci.com, en référence à l’ancien gouverneur de la BCEAO.

Remarquons pour finir que la création d’EDS n’a pas droit, ce matin, aux honneurs de  la Une du quotidien Notre Voie, proche du FPI « tendance Affi N’Guessan ».

Justement. Au Bénin, le site Béninmondeinfos se demande quelle sera « la nature de la collaboration avec la seconde aile du Front patriotique ivoirien dont l’ancien président Pascal Affi N’Guessan est aux commandes et qui est soupçonnée de pactiser avec le pouvoir » en Côte d’Ivoire.

Attentat aux Champs-Elysées : quel impact sur la présidentielle ?

Attentat terroriste hier soir à Paris. Et déjà, la presse se demande quel pourrait en être l’impact sur l’élection présidentielle française. Etant rappelé que cet attentat, qui a fait un mort et deux blessés graves chez les policiers, une passante, blessée plus légèrement, elle, et que le premier tour de ce scrutin capital a lieu après-demain dimanche, Le Djély.com, en effet, pose sans attendre cette question. « Il est à se demander si Daech qui a revendiqué l’attaque ne cherche pas à influencer ce scrutin. En particulier, il y a des raisons de penser que c’est un acte de nature à légitimer le discours à la fois xénophobe et islamophobe de Marine Le Pen, la candidate du Front national », énonce ce journal guinéen en ligne. « Intervenant à la veille du terme d’une campagne électorale dans laquelle on estime la proportion d’indécis à 40 % de l’électorat, cet attentat peut bien aider quelques-uns à faire leur choix ».

Poursuivant sur sa lancée, LeDjely.com évoque aussi le « sentiment de frustration généralisé [dont] Daech pourra bien profiter pour non seulement mener des actions terroristes, mais aussi pour enrôler de nouveaux combattants. C’est cet engrenage que l’EI cherche à créer », estime donc ce confrère en ligne.

A la une: crise politique en Afrique du sud, les appels à la démission de Zuma se multiplient

A la Une: la journée ville morte hier à Kinshasa, un test réussi pour l’opposition