rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une: Fillon, des giga meetings au sprint

Par Norbert Navarro

Quinze jours pour convaincre. Et ce dimanche 9 avril, c’est François Fillon qui lance ce sprint. Giga meeting à Paris, Porte de Versailles cet après-midi, « pour une démonstration de force », anticipe Le Journal du Dimanche. « En habitué des circuits automobiles, Fillon compte accélérer dans la dernière ligne droite », formule Le Parisien Dimanche, qui égrène les rendez-vous « dans les grandes salles » inscrits au programme hebdomadaire du candidat de la droite et du centre : « mardi à Marseille, mercredi à Lyon, jeudi à Toulouse, vendredi à Montpellier ». Fillon « y croit encore », note ce journal ; il croit à un « miracle », confirme Le JDD. « Fillon face à lui-même », lance en Une l’hebdomadaire Le Point.

Macron : lui président…
 
A l’entrée de la ligne droite, toujours Marine Le Pen et Emmanuel Macron, qui sont aussi en Une de la presse hebdomadaire. « Affaibli dans les sondages », souligne Le Journal du Dimanche, Emmanuel Macron, « regard vif malgré les cernes », remarque cet hebdomadaire, est « en Une » du JDD. Il y détaille « ses premiers mois au pouvoir s’il est élu ». Son projet de loi de moralisation de la vie politique sera alors « mis sur la table du Conseil des ministres avant les législatives » de juin, dit le candidat d’En Marche ! au JDD. Il comportera notamment « l’interdiction du népotisme pour les parlementaires ». Outre un « audit » des finances publiques « mi-juin » et une série de mesures économiques et sociales prises notamment par « ordonnances », Emmanuel Macron ferait à l’été un « tour des capitales européennes » pour étayer la zone euro et mettrait en place une « task force » en matière de sécurité.
 
Selon Le JDD, qui a compilé les sondages de la semaine, Marine Le Pen, perd elle aussi « du terrain ». Toutefois, le visage de la candidate du Front national apparaît « en Une » de Marianne dans un panneau de circulation triangulaire sous cet avertissement : « danger ! Elle peut gagner ».
 
Primaires : chambres à vide
 
On le voit, à 15 jours du premier tour, ce scrutin présidentiel est plus incertain que jamais. Et Le Figaro-Magazine à une explication à cela. « On ne parvient toujours pas à déterminer un thème fédérateur de cette campagne 2017. Cette absence est inédite. Ce vide est sidérant. Une première », relève cet hebdomadaire.
 
Pour quelles raisons ? Parce que les primaires ont vidé le débat de l’essentiel de sa substance, analyse Le Fig Mag, « Fillon et Hamon ont imposé leurs thèmes et vaincu. Le vide de la présidentielle est peut-être la conséquence de ce plein des primaires : les débats ont déjà eu lieu au sein de la droite et de la gauche, et ont été tranchés ».
 
Débat : le « moment » des « petits » candidats
 
Les débats, justement. Pour la première fois dans l’histoire de la République, il y en a eu un cette semaine à la télévision, avec la totalité des candidats à l’élection présidentielle. Ils étaient onze sur le plateau. Onze candidats, soit six de plus que lors du précédent débat télévisé. « Grâce à Philippe Poutou – mais aussi à Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Jean Lassalle, François Asselineau et Jacques Cheminade –, le réel a déboulé dans la campagne présidentielle. Enfin ! », se réjouit Marianne. Pour cet hebdomadaire, ce sont eux les « vrais candidats “antisystème”, ce sont précisément eux, les soi-disant “petits” qui se sont fait l’espace d’une soirée les porte-parole de la vie quotidienne des Français, de leurs souffrances, de leurs frustrations et de leurs attentes ». Certes, admet ce journal, « aucun d’entre eux n’entrera le mois prochain à l’Elysée, et c’est tant mieux. Mais leur simple présence et leur propos méritent le respect, car ils sont garants d’une vraie démocratie ».
 
Gbagbo : le retour ?
 
En Côte d’Ivoire, un vent d’optimisme souffle de plus en plus en Côte d’Ivoire, chez les partisans de l’ex-président Gbagbo. « Le vent tourne en Côte d’ivoire et, malgré la réélection triomphale de Alassane Ouattara en octobre 2015, les partisans, encore nombreux, de Laurent Gbagbo rêvent à nouveau d’une possible relaxe, voire d’un retour triomphal du président déchu », énonce Marianne. Vent d’optimisme qui fait suite à l’acquittement de Simone Gbagbo par la Cour d’assises d’Abidjan, remarque cet hebdomadaire. « Les avocats de l’ancien président comptent bien faire valoir que ce qui a valeur de droit à Abidjan ne peut être totalement ignoré à la Haye », estime Marianne, qui s’interroge : les débats du procès de Laurent Gbagbo à la CPI « iront-ils à leur terme ? ».
 
Mayotte : chronique d’un chaos annoncé
 
La Guyane était aussi à « la Une » cette semaine, car la situation est toujours bloquée. Mais il est un autre département français d’outre-mer qui préoccupe, c’est Mayotte.
 
En Guyane, « je crains que ça ne se termine mal », a dit l’ex-ministre de l’outre-mer George Pau-Langevin, et Le Parisien Dimanche le relève ce matin.
 
Mais loin de la Guyane, c’est en effet à Mayotte que Paris Match nous amène cette semaine. Reportage « au cœur des favelas de la République » de ce magazine réputé pour le choc de ses photos. Mais là, c’est plutôt le choc de ses mots qui saute aux yeux. Etant rappelé que depuis 2011, Mayotte est le 101ème département français, situé entre Afrique et Madagascar, Match fait découvrir à ses lecteurs les immigrés clandestins qui débarquent à bord des « kwassas kwassas », ces canots de misère. « L’an dernier, une dizaine d’embarcations ont chaviré, 430 ont débarqué sur les plages mahoraises », dénombre Paris-Match. Aux Comores, le produit intérieur brut et de 771 euros par habitant. Il est de 7 900 euros à Mayotte. […] Ce fossé tragique fabrique des clandestins à la chaîne. Cet hebdomadaire le souligne, « ce département ne ressemble à aucun autre. Autour des maisons surprotégées des Mahorais et des “mouzoungous”, les Blancs, s’accumulent les “bangas” loués à des marchands de sommeil : Combien sont-ils à survivre au milieu de la lèpre, de la tuberculose, de la leptospirose ? ».
 
Visite à la maternité du centre hospitalier de Mamoudzou. « L’établissement est la première maternité de France ; en 2016, 9 514 bébés ont vu le jour ici. Des bébés France et, dont les mères bénéficieront de facilité pour régulariser leur situation. Ce mois de mars est celui du baby-boom, neuf mois après le ramadan », énonce Paris-Match.
 
Dans la rue à présent. « Entre 4 000 et 8 000 mineurs resteraient non scolarisés. […] des gamins de huit ans ont été surpris à se battre coups de couteaux et de machettes, à piller des habitations, arracher des sacs », rapporte Paris-Match, et l’on pense au roman de Natacha Appanah Tropique de la violence, chez Gallimard, premier prix Femina des lycéens et prix France télévisions 2017. Sauf que là, le choc des mots et des chiffres n’est pas un roman, c’est la réalité.