rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Revue de presse française
rss itunes deezer

A la Une : Mélenchon, la gauche incarnée

Par Norbert Navarro

C’est « la percée Mélenchon », lance « en Une » Le Journal du Dimanche. Selon un sondage Ifop pour cet hebdomadaire, les Français trouvent que le candidat à l'élection présidentielle qui incarne le mieux « les idées et les valeurs de la gauche » est, à 44%, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, à 31 %, suivi par Emmanuel Macron, à 21%. 77% des personnes interrogées pensent le candidat de la France insoumise est « honnête », 49 % pensent qu'il est « capable de réformer le pays », 46% qu'il a la « stature d'un président de la République » et trois Français sur quatre estiment que Jean-Luc Mélenchon est proche de leurs préoccupations.

Autre donnée de ce sondage du JDD, 43 % des Français en général et, parmi eux, 75 % des sympathisants socialistes, souhaiteraient « qu'avant le premier tour de l'élection Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon nouent une alliance », contre 56% qui ne souhaiteraient pas cette manifestement introuvable alliance. Dans un entretien accordé au journal Le Parisien Dimanche, le candidat socialiste Benoît Hamon déclare : « Vous voulez que je me marie avec Jean-Luc Mélenchon ? C'est permis par la loi maintenant  » ! Pirouette, cacahouète !

Macron : l’insaisissable

Mais cette semaine, c’est encore Emmanuel Macron la superstar des médias. Les lecteurs avaient connu cela jadis avec Nicolas Sarkozy, à présent c’est lui la vedette. Même s’ils feignent de s’en distancier, les magazines français ne jurent que par le candidat d’En Marche ! Est-il un bon filon pour la presse ? C’est à se le demander puisqu’Emmanuel Macron est « en Une » de Marianne, du Figaro Magazine, du Point ou encore de L’Express cette semaine.

Habilement, les journaux français feignent en effet de s’en affranchir (il ne sera pas dit qu’ils sont « vendus » à Macron, quelle idée ?!), mais cette prise de distance ne dépasse guère « les Unes » des hebdomadaires.

Témoin Le Point. Sur la couverture, le regard scrutateur d’Emmanuel Macron, sous ce titre interrogatif : « Est-il si fort ? ». Cet hebdomadaire publie ce qu’il appelle un « entretien d’évaluation » du candidat d’En Marche !, que le lecteur aura bien du mal à évaluer, justement. Et pour cause, « tout glisse, tout passe sur la peau en Teflon de Macron où, comme sur celle de Hollande, rien n’accroche », constate Le Point.
Témoin Marianne, qui affirme que « certaines failles apparaissent » chez Macron, dont l’image est « largement virtuelle et la bulle gonflée », bulle qui « peut encore exploser ». Mais, là encore, cet hebdomadaire n’en dira pas plus sur lesdites « failles » supposées de Macron.

Ou encore L’Express, qui affirme que Macron, c’est « le flou en marche », que l’intéressé a tout d’une « savonnette » qui « s’échappe en permanence. On trouve autant d’arguments pour le dire rebelle ou sage, libéral ou dirigiste, rigoureux ou laxiste »…

Macron : le lexique 2.0 d’En Marche !

Des points de vue, donc, mais pas d’information à charge, comme contre François Fillon. Il est toutefois un hebdomadaire qui l’attaque frontalement, Le Figaro magazine, qui dénonce « en Une » la « grande manœuvre » supposée être menée par Emmanuel Macron et François Hollande, qui s’étreignent « en Une » de ce journal, sous le regard complice de Madame Macron. Pour Le Fig Mag, pas de doute, François Hollande « aide en secret » Emmanuel Macron et « l’ombre du président de la République est omniprésente dans la campagne du candidat d’En Marche ! ».
Alors, oui, Macron superstar des médias. La preuve sur huit pages du très tendance Society, qui le présente en « PDG de la République ». Reportage de ce magazine à l’état-major de campagne d’En marche !, un « mouvement » lancé « comme on décide lancer un nouveau produit », sur les « recettes de l’entreprise 2.0 » !
Dans « l’open space » d’En marche !, tout n’est que « nap room » (il s’agit du dortoir), « helpers » (ce sont les bénévoles), « engagé » (c’est-à-dire militant), « biz » (autrement dit business), ou encore ce « game changer » et ce savoureux « afterwork drink & food #5 » (et dont je vous fais grâce de la traduction, mais vous en avez probablement saisi le sens). Dans Society, le « PDG de la République » ne manque pas de vocabulaire.

Macron : l’espion était au rendez-vous

Emmanuel Macron, encore lui, avec cette question ce matin : le candidat d’En Marche ! a-t-il rencontré un espion chinois ? Question posée par Le Parisien Dimanche. « Vendredi après-midi, à son QG de campagne, le candidat d’En Marche ! a rencontré à huis clos la famille de Shaoyao Liu », ce Chinois de 56 ans qui a été tué par la police il y a pile une semaine dans le XIXème arrondissement de Paris. On se souvient que la mort de ce ressortissant chinois a suscité plusieurs rassemblements de la communauté chinoise. Du côté de la police, on évoque la légitime défense mais les proches de la victime restent persuadés qu’il s’agit d’une « bavure ».

Mais selon ce journal, il y avait là « un homme identifié par la DGSI comme un agent de Pékin ».

Le Parisien Dimanche publie la photo de la rencontre, sur laquelle Emmanuel Macron pose main sur l’épaule de Jacques Sun, « l’homme de Pékin, selon la DGSI », la Direction générale de la sécurité intérieure, qui le qualifie d’« agent chinois » dans une note classée confidentielle-défense révélée par Le Parisien et dont nous parlions ici même vendredi matin, note dans laquelle Jacques Sun est décrit comme un « agent d’influence » susceptible de rendre « compte immédiatement du contenu des entretiens à ses relais auprès des autorités chinoises ».

L’entourage d’Emmanuel Macron indique au journal être « au courant des soupçons » mais assumer la démarche. De son côté, Jacques Sun déclare au Parisien : Un « espion », moi ? « Jamais ! C’est n’importe quoi » !

PSG : le sacre du printemps

Triomphe du Paris Saint-Germain en finale de la coupe de la ligue. « Comme des champions », s’enflamme L’Equipe, après que le PSG ait écrasé Monaco 4-1 pour s’adjuger sa quatrième Coupe de la ligue d’affilée (une première).
« Un Paris princier », formule Le JDD. Prédiction dans cet hebdomadaire de son ancien entraineur Carlo Ancelotti : « Paris va y arriver ». S’il le dit…