rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le prix Goncourt des lycéens est décerné à David Diop pour «Frère d'âme» paru au Seuil
  • Affaire Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq personnes accusées d'avoir drogué et démembré le journaliste
  • Suella Braverman, secrétaire d'Etat chargé du Brexit, est la quatrième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Brexit: Esther McVey, la ministre du travail, est la troisième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Justice internationale: les arrestations de l'opposant Navalny visaient à «étouffer le pluralisme politique» en Russie (CEDH)
  • Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique en charge du dossier, Dominic Raab
  • Accord sur le Brexit: c'est «une bonne nouvelle pour l'économie française» (Le Maire)
  • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)
  • Accord sur le Brexit: Shailesh Vara, secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord annonce sa démission
  • Brexit: Donald Tusk annonce un sommet européen le 25 novembre pour signer l'accord de retrait
Grand reportage
rss itunes deezer

Les 2 jours qui ont fait basculer l’Union africaine

Par Christophe Boisbouvier

C’est l’histoire d’un retour incroyable, celui du Maroc dans la grande maison africaine. Il y a 33 ans, au lendemain de l’admission dans l’OUA de la République arabe sahraouie démocratique, la RASD, Hassan 2, le roi du Maroc, avait claqué la porte de l’Organisation de l’Unité africaine. Mais, le 31 janvier 2017, son fils, Mohammed VI, a mis fin à cette politique de la chaise vide, et a fait quelque chose que personne n’imaginait, il y a encore quelques mois. Ce jour-là, le roi du Maroc s’est rendu personnellement au siège de l’Union africaine, à Addis-Abeba, au risque d’être pris à partie par les partisans de la RASD, notamment l’Algérie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe. Retour sur ce grand poker diplomatique, avec nos envoyés spéciaux à Addis-Abeba, Boris Vichith et Christophe Boisbouvier.