rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Invité Afrique soir
rss itunes

Minusca: la situation sécuritaire est «extrêmement sensible»

Par Pierre Pinto

Plus d'une soixantaine de tués, 37 000 déplacés supplémentaires à Bangui, dernier bilan des violences qui ont embrasé la capitale centrafricaine il y a quelques jours et qui ont bouleversé un certain nombre de choses. La situation humanitaire s'est considérablement dégradée. L'agenda politique est perturbé. Face à cela, quelle est l'analyse du patron de la Minusca ? Comment répond-il aux critiques qui se sont fait entendre contre les casques bleus ? Pour en parler, Parfait Onanga-Anyanga est l’invité de Pierre Pinto.

« C’est une incompréhension de la réalité sur le terrain. Les violences intercommunautaires qui ont éclaté le 26 septembre ont pris pratiquement par surprise l’ensemble de la communauté centrafricaine mais aussi l’ensemble des partenaires de ce pays. Notre réponse se fait précise, forte, et je crois, en même temps que nous déplorons le nombre extrêmement important, 61 morts et près de 300 blessés, la question qui peut se poser c’est qu’en serait-il si la Minusca et ses partenaires, Sangaris mais aussi, il faut le souligner, les forces de sécurité intérieures centrafricaines, n’avaient pas été à pied d’œuvre pour tenter d’arrêter cette folie ? »

Philippe Njaboué, chef de projet de l'association Alternative Cote d'Ivoire

Alexandra Bilak, directrice de l’IDMC: «Le déplacement interne a un impact humain»

Alhadji B.Nouhou: «Les Africains ne font que suivre l'opinion majoritaire de certains États Arabes»

Mali: «La protection des personnes atteintes d’albinisme doit être renforcée»

Conflit dans le Kasaï: le cri d'alarme de l'Unicef sur la situation des enfants

Côte d'Ivoire: crise postélectorale de 2011, des ONG dénoncent le projet d'amnistie

Nord du Mali: les alliances de Barkhane «contre-productives», pour André Marty

Burundi: «Large campagne d’intimidation pour ceux qui sont contre le référendum»

Mali: «Trois groupes armés locaux se retrouvent à l’intersection de combats»

«J’ai dit au président Kabila que j’étais inquiète du niveau de violence en RDC»

Opposition en Angola: «tout le monde est surpris par la vitesse du changement»

«La SADC a toujours choisi les crises dans lesquelles elle voulait s'impliquer»

Présidentielle en Algérie: l'appel du FLN à une 5e candidature de Bouteflika

Traçabilité des minerais: «Nous voulons plus de rigueur mais pour tous les pays»