rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Emploi et Travail Entreprises

Publié le • Modifié le

France: Michelin va fermer son usine de La Roche-sur-Yon

media
Des salariés de l'usine de La Roche-sur-Yon après l'annonce de la fermeture, le 10 octobre 2019. LOIC VENANCE / AFP

L'usine de pneus pour poids lourds implantée dans l'ouest de la France était menacée en raison d'une « concurrence exacerbée ».


La décision a été annoncée jeudi matin sur place au personnel de l'usine. Mais la menace planait depuis plusieurs semaines. L'usine de pneumatiques pour poids lourds, fermera donc ses portes d'« ici fin 2020 » et avec elle, ce sont 619 salariés qui se retrouvent dans l'incertitude.

Plan d'accompagnement des salariés

Selon un communiqué du groupe, la direction va proposer « un plan d'accompagnement des salariés » de La Roche-sur-Yon avec des mesures de préretraite et des dispositifs de mobilité interne et externe. « Michelin donnera à chaque salarié concerné la possibilité de rester au sein de l'entreprise en France », promet le groupe qui employait quelque 110 000 personnes fin 2018, dont plus de 20 000 en France. 

Touchée par les difficultés du marché et la concurrence des pneus asiatiques à bas coûts, la marque au Bibendum avait déjà annoncé il y a deux semaines la fermeture d'ici à 2021 de son usine de Bamberg, dans le sud de l'Allemagne, qui emploie 858 salariés pour produire des pneus de voitures.

Répercussions régionales

La fermeture de ce site aura aussi des répercussions sur les 74 personnes qui travaillent à l'usine de Cholet, dans le Maine-et-Loire spécialisées dans la fabrication de « mélanges de gomme » pour le site vendéen. 

De son côté, la préfecture de Vendée a annoncé que « l'État veillera à ce que le groupe Michelin respecte toutes les obligations légales et réglementaires qui s'imposent à lui » et qu'il s'assurera que « Michelin respecte ses obligations en matière de revitalisation du territoire et quant au devenir du site de La Roche-sur-Yon ».

C'est franchement une vraie catastrophe.

Bruno Retailleau, sénateur LR de Vendée 10/10/2019 - par Anne Soetemondt Écouter

(avec AFP)

Chronologie et chiffres clés