rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: un soldat turc a été tué dans une attaque des forces kurdes (ministère de la Défense)
  • Chili: trois morts dans les troubles à Santiago
  • Transport aérien: le plus long vol direct de l'histoire organisé par Qantas, parti de New York, a atterri à Sydney

France Automobile Industrie Japon

Publié le • Modifié le

France: Senard souhaite conforter le poids de Renault dans Nissan

media
Jean-Dominique Senard, président de Renault, s'exprime lors de la réunion des actionnaires du constructeur automobile français à Paris, le 12 juin 2019 (capture d'écran). Renault/Reuters TV via REUTERS

Les actionnaires de Renault se sont réunis nombreux, mercredi 12 juin, pour l'assemblée générale du constructeur automobile. Selon la direction, en ces temps troublés pour la marque au losange, l'affluence était en hausse de 50%. C'était la première assemblée sans Carlos Ghosn, la première depuis l'arrestation de l'ancien patron de Renault au Japon, la première aussi depuis l'échec de la fusion avec Fiat-Chrysler (FCA). Finalement, cette assemblée générale n'a pas été aussi tendue qu'annoncée.


Des questions directes, mais sans agressivité, pas de grabuge pendant les réponses et même des applaudissements lorsque la nomination de Jean-Dominique Senard au conseil d'administration a été approuvée à près de 91% des voix.

Le nouveau président de Renault s'est voulu rassurant sur l'état de l'Alliance et sur son intention de conforter le poids de Renault dans Nissan. C'est dans cet esprit-là qu'il a annoncé son intention de s'abstenir de voter une réforme de la gouvernance de Nissan. Il dit souhaiter que Renault soit mieux représenté dans les nouvelles instances. Pas de quoi réveiller les volcans d'Auvergne ni le Fuji-Yama, plaisante-t-il. Lui qui dit comprendre l'abstentiondans le projet de fusion avec Fiat-Chrysler cette fois.

Jean-Dominique Senard se désole, en revanche du pas en arrière de l'État, alors même selon lui, que c'est Bruno Lemaire qui lui aurait conseillé de prendre contact avec FCA.

L'autre grand dossier abordé est les soupçons de malversation qui pèsent sur Carlos Ghosn. Certains actionnaires reprochent aux administrateurs de ne pas avoir été suffisamment vigilants.

Jean-Dominique Senard a promis la plus grande attention sur les questions éthiques. Premier pas en ce sens, le conseil d'administration a recommandé de voter contre le versement d'une part variable de la rémunération de Carlos Ghosn pour 2018. Un appel entendu à 88%.

Appréciation en demi-teinte pour Luc Prayssac, de l'Ircantec, un régime de retraite complémentaire actionnaire...

Reportage: l'avis des actionnaires 13/06/2019 - par Pauline Gleize Écouter

À lire aussi : France: une assemblée générale un peu spéciale pour les actionnaires de Renault

Chronologie et chiffres clés