rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Japon Monnaies Justice

Publié le • Modifié le

Japon: pas de prison ferme pour le baron français du bitcoin

media
Mark Karpèles, ancien PDG de MtGox, ici en juillet 2017 à Tokyo lors d'une audience de son procès. REUTERS/Toru Hanai

Après un an et demi de procès, le Français Mark Karpelès est fixé sur son sort. Le patron de MtGox, l’ancienne plate-forme d'échange de bitcoins, échappe à la prison ferme.


Deux ans et demi de prison avec sursis. La cour de Tokyo a condamné, ce vendredi 15 mars 2019, le baron déchu du bitcoin à une peine légère. Le parquet avait requis dix ans de prison contre l’ancien patron de MtGox, qui était jusqu’en 2014, la première plate-forme d'échange de bitcoins, la monnaie virtuelle, pour abus de confiance suite à des manipulations de données informatiques et détournement de fonds.

C’est en 2015, à Tokyo, que ce Français de 33 ans, petit génie de l'informatique et surnommé le « baron du bitcoin », est arrêté. Ce passionné de jeux vidéo et génie du codage est le patron de MtGox, la plus grosse bourse de bitcoins. Plus de 80% des transactions mondiales de cette monnaie numérique (ou cryptomonnaie) passent par cette plate-forme.

La chute du bitcoin

La justice japonaise s’intéresse à la disparition soudaine, le 15 février 2014, de 650 000 bitcoins des serveurs de MtGox, soit plus de 265 millions d'euros. Dix jours plus tard, la plate-forme ferme, entraînant l'une des plus graves crises de la jeune histoire des cryptomonnaies. Fin de l’année 2014, le cours du bitcoin chute à 350 dollars l’unité. Un an auparavant à la même époque, la valeur de bitcoin atteignait 1 100 dollars.

Les enquêteurs japonais découvrent également des transactions financières suspectes. Mark Karpelès est accusé d'avoir détourné 2,7 millions d'euros de son entreprise, dépensés dans l'achat de logiciels, et pour s'offrir notamment un lit au prix exorbitant, symbole d'une nouvelle vie de nanti.

Condamné en France

Cette affaire de falsification de données informatiques n’est pas une première pour Mark Karpelès, déjà dans le collimateur de la justice française. De 2003 à 2005, il travaille en qualité de développeur de logiciels pour la société parisienne Lixux Cyberjoueur qui découvre d’étranges transactions de données clients vers des serveurs internationaux.

Son ancien employeur finit par porter plainte contre lui. En 2010, Mark Karpelès est condamné à un an de prison avec sursis pour modification frauduleuse de données. Il est également condamné à payer 450 000 euros de dommages intérêts. Mark Karpelès n’est déjà plus en France, il est parti s’installer au Japon pour reprendre les rênes d'une nouvelle société, la MTGox.

Chronologie et chiffres clés