rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Foot/Fichage ethnique: la Ligue inflige au PSG une amende de 100000 euros
  • L'astronaute Thomas Pesquet devrait retourner «très bientôt» dans l'espace (ministre)

Pétrole Arabie saoudite Etats-Unis Russie Irak Qatar Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Pétrole: l’Opep parvient à un accord au forceps pour baisser la production

media
L'accord a été scellé ce vendredi 7 décembre 2018 à l'issue d'une réunion de deux jours du cartel à Vienne. REUTERS/Leonhard Foeger

Un accord au forceps a été trouvé vendredi 7 décembre à Vienne, en Autriche au siège de l'Opep, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Après deux jours de réunion, les pays membres du cartel, emmenés de facto par l'Arabie saoudite et les pays partenaires, emmenés par la Russie, se sont entendus sur une baisse de production de 1,2 million de barils de pétrole par jour. Une décision très attendue qui doit permettre d'enrayer la baisse des cours du pétrole, qui ont chuté de 30% depuis octobre. Une décision qui est l'aboutissement de discussions fastidieuses.


Avec notre correspondante à Vienne,  Isaure Hiace

Les discussions ont été longues et difficiles, car si les pays membres de l'Opep et les pays partenaires s'accordaient sur la nécessité d'une baisse de production, la répartition des efforts pour y parvenir a été un sujet épineux, chacun faisant valoir ses propres intérêts.

L'Iran notamment demandait à être exempté, estimant son secteur pétrolier déjà fragilisé par les sanctions américaines. Un appel entendu : Téhéran sera exempté, tout comme le Venezuela et la Libye.

L'accord trouvé par les pays du cartel et leurs partenaires dépasse les attentes du marché. L'Arabie saoudite avait en effet évoqué dans un premier temps une baisse d'1 million de barils par jour, ce sera finalement 1,2 million (800 000 bpj pour les pays membres de l'Opep, 400 000 bpj pour les pays partenaires).

Mais cet accord ne devrait pas réjouir Donald Trump, le président américain qui a, plusieurs fois exhorté l'Opep à maintenir la production de pétrole à un niveau élevé pour garder des prix bas.

Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih s'est défendu ce vendredi de vouloir accabler les consommateurs et a invité les Etats à ne pas trop taxer les hydrocarbures, sans toutefois nommer de pays.

 

Chronologie et chiffres clés