rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

G20 Diplomatie Etats-Unis Donald Trump

Publié le • Modifié le

Multilatéralisme: «Donald Trump impose son propre agenda unilatéral»

media
Le président américain Donald Trump, avec son équipe au sommet du G20 à Buenos Aires, lors de sa rencontre avec Xi Jinping samedi 1er décembre. REUTERS/Kevin Lamarque

Le sommet du G20 s'est tenu en fin de semaine à Buenos Aires. Mais les grands sujets discutés à l'ordre du jour ont été largement éclipsés par la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping. Les Américains et les Chinois ont en effet convenu d'une trêve commerciale dans le conflit douanier qu'ils se livrent depuis plusieurs mois. Pour Elvire Fabry, chercheuse à l'institut Jaques-Delors, c'est la preuve que le président des Etats-Unis impose sa vision sur les grandes discussions internationales.


Les dirigeants des 20 plus grandes puissances mondiales se sont accordés, cette semaine en Argentine, sur la nécessité d'une refonte de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), afin de régler les contentieux commerciaux mondiaux. Et pourtant, le G20 s'achève avec un constat enfin avoué : « Le système commercial multilatéral ne fonctionne plus ».

Le président américain est en effet parvenu à imposer son propre tempo. « Donald Trump est en train de donner son empreinte à ces formats multilatéraux, en se retirant de toute une série d’enceintes multilatérales : le Conseil des droits de l’homme, l’ONU, l’accord de Paris... la liste s’allonge progressivement », constate Elvire Fabry, docteure en sciences politiques.

►À relire : Donald Trump et Xi Jinping concluent une trêve commerciale

A ses yeux, le numéro un américain « est en train de dénaturer, de changer profondément l’exercice de ces réunions et d’imposer un petit peu son propre agenda ». En témoignent la déclaration finale du sommet, où « il n’a pas été possible de mentionner la lutte contre le changement climatique », pourtant l'un des thèmes majeurs dans l'ordre du jour préparé en amont par l'Argentine.

« Sur le protectionnisme, la question récurrente rappelée à chaque fois dans les déclarations du G20, cela n’a pas pu faire l’objet d’un engagement ferme, à nouveau, de tous les signataires, constate Elvire Fabry. Donc, Donald Trump impose son propre agenda unilatéral. Et à l’occasion de ce G20, on suivait de beaucoup plus près les rencontres qu’il devait avoir avec les uns et les autres. »

Actuellement, on craint que le nouveau gouvernement brésilien prenne ses distances vis-à-vis de l'accord de Paris. Au-delà des mesures propres qu’il prend dans son pays, on craint qu’il y ait toute une série d’engagements internationaux qui soient fragilisés progressivement
Elvire Fabry, chercheuse en science politique, notamment spécialiste des questions commerciales 02/12/2018 - par Domitille Piron Écouter

Chronologie et chiffres clés