rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • Gilets jaunes: le président Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
  • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
  • Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes en recul de 1,8% en novembre (officiel)
  • Attentat de Strasbourg: un proche du tueur présenté à un juge d'instruction (parquet de Paris)
  • Yémen: le cessez-le-feu entre officiellement en vigueur mardi à Hodeïda (responsable ONU)
  • France-social: la SNCF versera des primes exceptionnelles à près de 100 000 salariés (Pepy)
  • Grèce: explosion d'une bombe contre la télé privée Skaï, pas de blessés mais des dégâts matériels (police)

France Pétrole Justice Iran Corruption

Publié le • Modifié le

Pots-de-vin présumés en Iran: Total sur le banc des accusés

media
Total est soupçonné d’avoir versé à des intermédiaires 30 millions d’euros à partir d'octobre 2000 après avoir obtenu deux contrats pétrolier et gazier en Iran. REUTERS/Regis Duvignau

Le groupe français Total comparaît ce jeudi 11 octobre à Paris pour « corruption d'agents publics étrangers ». Le géant français du pétrole est soupçonné d'avoir versé des pots-de-vin pour obtenir des autorités iraniennes des contrats en Iran à la fin des années 1990.


La justice suspecte Total d’avoir versé à des intermédiaires 30 millions d’euros à partir d'octobre 2000 après avoir obtenu deux contrats pétrolier et gazier en Iran. Des contrats conclus dans les années 1990, sur fond d'embargo américain.

L’enquête sur cette affaire a commencé en France en 2006, mais 12 ans après, le procès s’annonce flou. Il pourrait même être écourté. La raison : les trois protagonistes qui devaient comparaître sont décédés.

C'est le cas de l'ancien PDG du géant pétrolier Christophe de Margerie. Deux intermédiaires iraniens poursuivis pour complicité sont quant à eux présumés morts. Seul prévenu restant, le groupe Total ne devrait trouver face à lui que le parquet de Paris.

L'entreprise, qui a toujours réfuté ces accusations considère que la tenue de ce procès est discutable car elle ne peut pas être condamnée deux fois. Le groupe a en effet déjà accepté une transaction aux Etats-Unis pour la même affaire. En 2013, le pétrolier français a payé près de 400 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites sur le territoire américain.

Chronologie et chiffres clés