rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Suède Changement climatique Nouvelles technologies Etats-Unis

Publié le • Modifié le

Le prix Nobel d'économie décerné à William Nordhaus et Paul Romer

media
L'Académie royale des sciences de Stockholm annonce les noms des lauréats du prix Nobel d'économie ce lundi 8 octobre 2018. Henrik Montgomery/ TT News Agency/via REUTERS

Le prix Nobel d'économie a été attribué lundi 8 octobre aux Américains William Nordhaus et Paul Romer. Le comité Nobel a voulu mettre en valeur cette année les recherches sur le changement climatique et l'innovation technologique dans l'analyse économique.


L'académie royale des sciences de Suède a récompensé cette année deux chercheurs dont elle estime que les travaux ont élargi le champ de l'analyse économique.

William Nordhaus, professeur à l'université de Yale, et Paul Romer, ancien économiste en chef de la Banque mondiale et professeur à l'université de New York, sont en effet récompensés pour leurs travaux sur la compatibilité entre les impératifs d'innovation et de lutte contre le réchauffement climatique et la croissance économique.

Les deux lauréats « ont mis au point des méthodes qui répondent à des défis parmi les plus fondamentaux et pressants de notre temps : conjuguer croissance durable à long terme de l'économie mondiale et bien-être de la population de la planète », a indiqué l'Académie royale des sciences.

« Leurs conclusions ont considérablement élargi le champ de l'analyse économique en permettant l'élaboration de modèles qui expliquent comment l'économie de marché interagit avec la nature et le savoir », a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Romer démissionnaire de la Banque mondiale

William Nordhaus, 77 ans, a été le premier, dans les années 1990, à modéliser le lien entre l'activité économique et le climat en conjuguant les théories et l'expérience tirées de la physique, de la chimie et de l'économie. Ces travaux font aujourd'hui autorité et servent à prédire ou quantifier les conséquences des politiques climatiques, par exemple la taxe carbone.

Paul Romer, 62 ans, a, lui, posé les bases de la théorie de « la croissance endogène ». Il a montré comment « l'accumulation d'idées soutient la croissance économique sur le long terme » et mis en avant le rôle des forces économiques et des régulations dans « l'inclination » des entreprises à innover. M. Romer a démissionné avec fracas au début de l'année de son poste d'économiste en chef de la Banque mondiale sur fond de désaccord avec le président de l'institution.

Le choix de ces deux nobélisés reflète le tournant pris ces dernières années par la science économique, plus ouverte qu'auparavant aux sciences sociales et humaines, comme la sociologie ou la psychologie. Avec un net recul des modèles mathématiques et d'un « homo economicus » abstrait.  Les deux lauréats se partageront le prix de 9 millions de couronnes (environ 860 000 euros).

(avec agences)

Chronologie et chiffres clés