rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Gastronomie

Publié le • Modifié le

L'empire économique du chef français Joël Robuchon

media
«L'Atelier» inspiré des bars à Tapas, un modèle que Joël Rebuchon déploie sur tous les continents, comme au Japon. Ici, son restaurant à Tokyo, le 6 août 2018. Martin BUREAU / AFP

Le chef français, le plus étoilé au monde, Joël Robuchon, est décédé ce lundi à l'âge de 73 ans des suites d'une longue maladie. Fils de maçon, Joël Robuchon devait rentrer dans les ordres. C'est en aidant les religieuses à préparer les repas que sa passion est née. Apprenti puis compagnon, il devient un surdoué des fourneaux.  Sacré Meilleur ouvrier de France en 1976, élu « chef de l’année » en 1987, puis « cuisinier du siècle » à l'âge de 45 ans par le guide Gault & Millau, Joël Robuchon laisse un empire gastronomique et économique derrière lui.


Avec ses 32 étoiles cumulées en 2016, un record absolu dans la profession, Joël Robuchon laisse orphelin les esthètes de la gastronomie. Visionnaire et homme d'affaires avisé, il est pionnier dans plusieurs domaines.

Joël Robuchon est le premier grand chef à associer son nom à l'agro-industrie. De l'alliance avec le groupe français Fleury-Michon naissent des plats cuisinés accompagnés de conseils pour mieux manger. La signature de Joël Robuchon permet au groupe Fleury-Michon de vendre mieux et plus cher et porte le chiffre d'affaires de l'agro-industriel en 2017 à 717 millions d'euros.

Joël Robuchon est également le premier chef français à présenter des émissions culinaires à la télévision. Devenu star du petit écran, qu'il occupe durant plus de 15 ans, il trouve le temps d'écrire une vingtaine de livres de cuisine.

Créatif, Joël Robuchon initie un nouveau concept : « L'Atelier », inspiré des bars à tapas. Un modèle qu'il déploie sur tous les continents. Joël Robuchon acquiert ainsi une renommée mondiale.

A la tête, avant sa mort, d'une trentaine d'établissements, dont 13 étoilés, et de 1 200 salariés, celui qui aurait du devenir prêtre doit son titre de maitre incontesté de la gastronomie mondiale à un simple plat qui l'a fait connaitre : celui d'une purée de pommes de terre au beurre.

Chronologie et chiffres clés