rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Grèce: explosion d'une bombe contre la télé privée Skaï, pas de blessés mais des dégâts matériels (police)
  • Le Canada cherche à annuler un contrat d'armement de 15 milliards de dollars avec Riyad (Justin Trudeau)
  • Brexit: des «dégâts irréparables» en cas de second référendum, prévient Theresa May
  • Japon: une explosion dans un restaurant fait 42 blessés dans le nord du pays (autorités locales)
  • Conso: la quasi-totalité des poissons présents sur les étals des grandes surfaces ne sont pas issus de la pêche durable (UFC-Que Choisir)

Agriculture et Pêche Climat

Publié le • Modifié le

La canicule en Europe met le marché du blé sous tension

media
Le prix du blé européen se consolidait lundi en fin de matinée sur le marché européen Euronext, après une semaine de hausses records dues aux effets de la sécheresse sur la raréfaction des récoltes. REUTERS/Pascal Rossignol

De l'Europe du Nord à la Russie, les conditions météo extrêmes affectent les récoltes de céréales. Les cours du blé longtemps déprimés repartent à la hausse.


Une médiocre récolte de blé en Europe. Aux quatre coins du Vieux continent, les champs ont souffert des caprices du ciel. « Dans le nord de l'Europe, en Suède, en Finlande, en Allemagne, ils n'ont quasiment pas vu une goutte d'eau depuis le mois de mars, explique Didier Nedelec, directeur général d'Offre et demande agricole (ODA). Donc grosse déception sur les tailles de récoltes. On a eu dans le même temps un problème équivalent en Russie : en Russie du Sud en particulier, où il a fait très chaud et il n'a pas plu au printemps. Donc récolte moyenne encore une fois. Et puis depuis, dans le sud de l'Europe, il pleut. Donc on a en plus une dégradation de qualité. »

La planète produira cette année moins de blé qu'elle n'en consomme, une première depuis quatre ans, les stocks vont fondre. D'où la hausse des prix, +25% en un mois. Cette inflation préoccupe les grands pays importateurs, l'Algérie et l'Egypte continuent d'acheter par prudence.

Au contraire, les céréaliers français relativement épargnés espèrent tirer leur épingle du jeu. « La France a fait une récolte moyenne, autour de 34 millions de tonnes de blé, mais avec une qualité exceptionnelle. Ce qui va nous permettre de reconquérir des marchés qui nous avaient un peu échappé ces dernières années », assure Michel Portier directeur général d'Agritel.

Alors que le blé russe de qualité se fait rare, le blé français devrait cette année retrouver le chemin du Maghreb, de Cuba et de l'Afrique de l'Ouest. A un prix enfin rémunérateur pour les céréaliers.