rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Transport

Publié le • Modifié le

Air France: les syndicats annoncent une nouvelle grève, sauf avancées

media
Le mouvement social chez Air France-KLM a déjà coûté 400 millions d'euros à la compagnie aérienne. Robin Utrecht / ANP / AFP

La présidente temporaire d'Air France-KLM Anne-Marie Couderc promet aux syndicats des réponses concrètes sur les salaires jeudi prochain. L'intersyndicale a de son côté lancé un appel à la grève du 23 au 26 juin, susceptible d'être « levé ou renforcé » selon les annonces de la direction.


Dans un communiqué intitulé « Stop ou encore », l'intersyndicale d'Air France a annoncé un nouvel appel à la grève pour les salaires du 23 au 26 juin inclus. Il sera « levé ou renforcé » en fonction de ce qu'annoncera la direction de la compagnie aérienne.

Lors d'un référendum organisé auprès des salariés en mai dernier, les représentants du personnel avaient refusé l'augmentation de 2 % cette année, proposée par l'ancienne direction. Ils réclament toujours une revalorisation immédiate de 5,1 % de leurs salaires. Le vote « non » « majoritairement exprimé » lors du référendum organisé auprès des salariés « doit être entendu », estime l'intersyndicale dans son communiqué.

Dans un courrier transmis ce vendredi aux syndicats la présidente d'Air France par intérim Anne-Marie Couderc a promis « des actions et mesures censées répondre aux préoccupations exprimées » par les syndicats, sans donner davantage de précisions.

L'intersyndicale composée de dix organisations de pilotes, d'hôtesses et de stewards et de personnel au sol a mené 15 journées de grève entre le 22 février et le 8 mai. Le mouvement a été suspendu après la démission du PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac qui avait mis son avenir dans la balance du référendum organisé en mai.

La reprise de la grève cet été pénaliserait encore plus la compagnie aérienne. Le mouvement lui a déjà coûté près de 400 millions d'euros.

Chronologie et chiffres clés