rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Canada France Justin Trudeau Emmanuel Macron G8

Publié le • Modifié le

Sommet du G7 à Ottawa: Trudeau et Macron, front commun pour le multilatéralisme

media
Emmanuel Macron a été accueilli à son arrivée mercredi 6 juin à Ottawa par le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Tous deux ont signé hier une déclaration commune dans laquelle ils défendent un multilatéralisme fort, en prélude au sommet du G7. REUTERS/Chris Wattie

Le président Emmanuel Macron est arrivé mercredi soir à Ottawa, 48 heures avant un sommet du G7 qui s’annonce houleux, notamment sur les questions commerciales. Le chef de l’Etat français a été accueilli par le Premier ministre canadien Justin Trudeau et à l’agenda des deux hommes, la préparation justement de ce sommet…


Emmanuel Macron et Justin Trudeau ont signé mercredi une déclaration commune dans laquelle ils défendent un multilatéralisme fort, une façon, avant même le début du sommet de La Malbaie, de présenter un front uni face à Donald Trump, analyse notre envoyée spéciale à Ottawa, Mounia Daoudi.

Les signaux en provenance de Washington semblent en effet indiquer que le président américain va adopter une ligne dure au G7 et qu’il est prêt à faire cavalier seul pour défendre l’industrie américaine qu’il estime victime de concurrence déloyale.

Contre-attaque

Sa décision d’imposer la semaine dernière des droits de douane sur l’acier et l’aluminium a d’ailleurs été très mal perçue par ses alliés qui sont nombreux à penser qu’il ne s’agit là que d’une première salve dans sa croisade pour réduire le déficit commercial américain.

Selon eux, l’administration Trump, au nom de ce qu’elle appelle la défense de la sécurité nationale, pourrait multiplier les taxes à l’avenir. D’où l’importance de se montrer intransigeant à La Malbaie sur le respect des règles du commerce international. Les ministres des Finances de ce G7 ont d'ailleurs déjà donné le ton la semaine dernière, transmettant « leur désapprobation unanime » à Donald Trump.

Un conflit que cherche à relativiser Larry Kudlow, le conseiller économique de la Maison Blanche. « Nous sommes en train de tout remettre à plat, a-t-il assuré. Il peut y avoir des désaccords. Mais je préfère parler de querelle familiale. Je suis optimiste, je pense qu'on peut y arriver. C'est un sommet du G7 et les présidents, les chefs d'Etat vont se rassembler. »

Le format G7 en péril ?

Les Etats-Unis risquent en tout cas de paraître très isolés à La Malbaie. A Ottawa on indique en effet que face à Donald Trump, les six autres membres du G7 vont défendre fermement et dans l’unité leurs positions. Et dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on précise même qu’il n’est pas question de tout accepter pour avoir un communiqué commun.

Par exemple, la France n’acceptera pas un texte qui ne mentionnerait l’accord de Paris sur le climat. Autant dire que les discussions risquent d’être tendues à La Malbaie. Et les Etats-Unis pourraient comme l’année dernière à Taormine refuser de signer la déclaration finale.

à lire aussi: La ville de Québec sur le qui-vive avant les manifestations d'opposants annoncées

Chronologie et chiffres clés