rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Aéronautique France

Publié le • Modifié le

Charles Edelstenne, un fidèle parmi les fidèles à la tête de l'empire Dassault

media
Charles Edelstenne, le PDG de Dassault Aviation lors de la conférence de presse du 17 mars 2011. AFP photo/Eric Piermont

Olivier Dassault, le fils de Serge Dassault, l'a assuré : « il n'y aura pas de querelles d'héritiers » au sein de l'empire familial. Décédé lundi 28 mai à l'âge de 93 ans, le milliardaire a en effet laissé un groupe solide et une succession bien organisée.


Le groupe industriel Marcel Dassault, la holding familiale qui détient les trois quarts des droits de vote dans Dassault Aviation, ne connaîtra pas de vacances du pouvoir à sa tête. « Il n'y aura aucune querelle d'héritiers, a affirmé ce mardi l'aîné de ses enfants, Olivier Dassault, interrogé sur la succession sur Europe 1. C'est en tout cas l'engagement que je peux prendre aujourd'hui devant vous, devant mes frères et soeur et devant les Français ».

Prévoyant, Serge Dassault, décédé lundi 28 mai, avait organisé dès juillet 2014 le processus de sa succession, désignant un fidèle parmi les fidèles, Charles Edelstenne, pour le remplacer automatiquement en cas de vacance de la présidence, « pour quelque motif que ce soit ».

Cet amateur de golf s'est taillé une réputation d'administrateur et de négociateur hors pair, dont les réparties sont redoutées par ses interlocuteurs. Charles Edelstenne a l'oreille du pouvoir même si, selon son expression, « à chaque nouveau gouvernement, il faut expliquer que Dassault n'est pas le diable ».

Pape de transition ?

Avec son caractère entier et son style direct, parfois cassant, il n'hésite ainsi pas à recadrer Hervé Morin, alors ministre de la Défense, pour lequel le Rafale est « difficile à vendre ». « Beaucoup de gens parlent sans savoir », déclare celui qui a toujours assuré que l'avion de combat finirait par se vendre à l'export.

« Charles Edelstenne est quelqu'un d'extrêmement brillant, recruté par Marcel Dassault, le père de Serge, comme jeune expert-comptable, explique Anne-Marie Rocco, journaliste à Challenges et auteure d'une biographie du milliardaire Serge Dassault, arme, presse, politique (Flammarion, 2006). Il est devenu le grand patron des avions Marcel Dassault avant de prendre sa retraite opérationnelle mais il est toujours plus ou moins aux commandes ou en tout cas en double commande du holding familial ».

Si certains voient dans cet octogénaire rusé un pape de transition, rien n'indique qu'il cédera son fauteuil rapidement. Secondé par un comité des sages désigné par Serge Dassault, Charles Edelstenne prendra le temps nécessaire pour asseoir son successeur. Sans être de la famille, il représente sans doute le plus « l'esprit Dassault ».

L'empire familial s'étend de l'industrie aéronautique et de défense (Dassault Aviation avec les Rafale et Falcon), à la presse (Le Figaro), en passant par l'édition de logiciels (Dassault Systèmes), l'immobilier (Immobilière Dassault), les ventes aux enchères (Artcurial) et la viticulture (Château Dassault dans le bordelais).

Chronologie et chiffres clés