rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas a été arrêté au Caire dans la nuit de mardi à mercredi (avocat)
  • Edouard Philippe annule un déplacement en Israël et dans les territoires palestiniens «pour des raisons d'agenda intérieur» (Matignon)
  • La Commission européenne souhaite obtenir de l'Italie «une réponse crédible» sur sa dette publique
  • Japon: des conduites d'air rouillées repérées dans douze réacteurs nucléaires (autorités nucléaires)
  • Transports: «Vot'action» SNCF, 94,97% des votants se disent contre la réforme gouvernementale (syndicats)
  • Migrants à Paris: le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb veut une évacuation «à bref délai», avec mise à l'abri et contrôles
  • France: Darmanin ne «veut pas toucher» aux prestations sociales «individuelles»

France Emploi et Travail Aéronautique

Publié le • Modifié le

Air France-KLM organise la transition pour sortir de l’impasse

media
Air France-KLM doit annoncer mardi une gouvernance de transition après la démission de son PDG Jean-Marc Janaillac. Reuters/Regis Duvignau

C'est une journée décisive pour Air France-KLM. Après la démission du PDG Jean-Marc Janaillac, la compagnie aérienne franco-néerlandaise doit annoncer ce mardi 15 mai une direction de transition. Le conseil d’administration va nommer un président temporaire dont la mission sera de sortir l’entreprise de l’impasse où l'a plongée le conflit social.


Le président temporaire prendra la direction d’une compagnie plongée dans l’incertitude. De nouveaux arrêts de travail ne sont pas à exclure dans les jours qui viennent.

Après 15 jours de grève qui ont coûté à la compagnie 400 millions d’euros, les négociations entre syndicats et direction sont au point mort. L’intersyndicale réclame toujours une hausse de 5,1% des salaires, ce que le président démissionnaire Jean-Marc Janaillac refusait. Il a proposé aux salariés une hausse immédiate de 2% et 5% à partir de 2019. Une proposition rejetée par référendum du personnel, ce qui a provoqué sa démission.

La nouvelle direction sera donc devant un dilemme : proposer des hausses de salaire pénalisant la compétitivité ou faire preuve de fermeté au risque de nouveaux blocages.

Une situation qui fragilise la compagnie, revenue dans le vert il y a seulement 3 ans. Elle fait face à la hausse récente des cours du pétrole qui va augmenter le prix de kérosène, son deuxième poste de dépenses après la masse salariale.

Chronologie et chiffres clés