rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Corée du Nord: expulsion d'un Américain entré illégalement dans le pays
  • Julian Assange inculpé aux Etats-Unis (WikiLeaks)
  • Défense: les Etats-Unis vont réduire de 10% le nombre de leurs soldats en Afrique (porte-parole)
  • Le «génocide» khmer rouge reconnu pour la première fois par le tribunal international
  • Incendie en Californie: le bilan s'alourdit à 63 morts et plus de 600 personnes portées disparues (shérif)

Etats-Unis Donald Trump Entreprises Telecom Industrie

Publié le • Modifié le

Donald Trump bloque la fusion entre Broadcom et Qualcomm

media
Donald Trump a signé un décret interdisant le projet de rachat du fabricant américain de microprocesseurs Qualcomm par son concurrent Broadcom, basé à Singapour. REUTERS/Mike Blake

Le président Donald Trump a bloqué le rachat du fabricant américain de microprocesseurs Qualcomm par son concurrent Broadcom basé à Singapour. Il estime que cette fusion portait atteinte à la sécurité nationale des Etats-Unis. L'année dernière, le président américain s'était déjà illustré par son interventionnisme sur le front économique en refusant le rachat du fabricant américain de microprocesseurs Lattice par un groupe étatique chinois appuyé par un fonds d'investissement américain.


L'offre était pourtant alléchante : 95 milliards d'euros. L'opération aurait été l'une des plus importantes de l'histoire industrielle américaine. Qualcomm est en effet un des leaders dans le développement de la technologie sans fil 5G grâce à ses nombreux brevets. Basée à San Diego, l'entreprise californienne est l'un des principaux concurrents des entreprises chinoises comme Huawei.

Sauf qu'elle ne voulait pas être rachetée. Le bras de fer aura duré plusieurs mois. Le potentiel acquéreur, le concurrent Broadcom, basé à Singapour et qui veut revenir aux Etats-Unis, est soupçonné par les autorités américaines de servir de paravent aux intérêts chinois dans le domaine de la communication mobile. Question de sécurité nationale, affirme Donald Trump qui bloque la fusion sur les recommandations du comité sur les investissements étrangers.

Ce n’est pas la première fois que l’administration américaine prend de telles décisions. Donald Trump s'est déjà opposé l'an dernier au rachat du fabricant de microprocesseurs Lattice par une société chinoise. Et en 2016, sous l’administration Obama, Washington s'était opposée au rapprochement entre un autre groupe chinois et l'allemand Aixtron, présent aux Etats-Unis.

Chronologie et chiffres clés