rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Russie: l'opposant Alexeï Navalny a été de nouveau arrêté dès sa sortie de prison (porte-parole)
  • Internet: le moteur de recherche Google, né en septembre 1998, célèbre ses vingt d'ans d'activité
  • Pétrole: l'Opep et ses partenaires interviendront pour éviter la pénurie sur le marché s'ils le jugent opportun, dit l'Arabie saoudite
  • Australie: les travaux ont commencé sur le chantier du deuxième aéroport de Sydney, qui doit être livré en 2026
  • Hong Kong interdit un parti indépendantiste, le Parti national (HKNP), une première depuis 1997
  • Birmanie-Rohingyas: pour le chef de l'armée birmane, l'ONU «n'a pas le droit d'interférer»
  • Guerre commerciale Washington-Pékin: entrée en vigueur des taxes américaines sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises
  • Etats-Unis: une deuxième femme accuse le juge Kavanaugh d'inconduite sexuelle (New Yorker)

France Finlande Nucléaire

Publié le • Modifié le

Chantier EPR en Finlande: Areva et TVO soldent leur litige

media
Le chantier du réacteur EPR à Olkiluoto (sud-ouest de la Finlande), le 19 octobre 2016. Martti Kainulainen / Lehtikuva / AFP

Alors que le président français Emmanuel Macron a annoncé ce week-end la signature d'un accord pour la construction de six réacteurs EPR en Inde, d'ici la fin de l'année, le premier exemplaire de ce fleuron du nucléaire français n'est toujours pas en service. En construction à Olkiluoto en Finlande, le chantier a accumulé des retards et provoqué des surcoûts faramineux. Ce dimanche 11 mars, le groupe français Areva et l'électricien finlandais TVO, qui s'en rejetaient mutuellement la responsabilité, ont trouvé un accord à l'amiable.


Areva versera à TVO la somme de 450 millions d'euros « en compensation de sa responsabilité dans les retards dans la réalisation du projet ». C'est le compromis trouvé après une procédure d'arbitrage engagée devant la Chambre de commerce international de Londres.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la France ne s'en sort pas trop mal. L'électricien finlandais avait initialement réclamé 2,6 milliards d'euros à Areva. La raison : un retard de dix ans dans la mise en service du réacteur EPR d'Olkiluoto, une localité dans le sud-est de la Finlande.

Les imprévus de tous genres, la complexité du chantier et la gestion des milliers d'employés venus de 56 pays a transformé en cauchemar ce qui aurait dû être une vitrine pour le nucléaire français. Et la facture pour ce chantier qui devrait initialement s'élever à 3 milliards d'euros atteints aujourd'hui trois fois plus.

Avec l'accord signé ce dimanche, et annoncé dans deux communiqués distincts, Areva et TVO disent avoir également « mis au point un nouveau mode de coopération » pour achever l'EPR en Finlande, tout en « maintenant les termes essentiels du contrat d'origine ».

Chronologie et chiffres clés