rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Commerce aux Etats-Unis: Amazon envisage d'ouvrir 3000 magasins sans caissier d'ici 2021 (Bloomberg News)
  • Commerce et échanges internationaux: les risques «s'intensifient» pour l'économie mondiale (OCDE)
  • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
  • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
  • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
  • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
  • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
  • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
  • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)

Royaume-Uni Arabie saoudite Mohammed ben Salman Défense

Publié le • Modifié le

L’Arabie saoudite va acheter 48 avions Eurofighter Typhoon au Royaume-Uni

media
Des avions de combat Eurofighter Typhoon au poste RAF Coningsby de la Royal Air Force, l'armée de l'air britannique, situé dans le Lincolnshire, le 7 mars 2018.. REUTERS/Phil Noble

Le Royaume-Uni a signé avec l'Arabie saoudite un protocole d'accord pour l'achat par les Saoudiens de 48 avions de combat Eurofighter Typhoon. Cet accord a été conclu au terme de la visite à Londres du prince héritier saoudien Mohammed ben Salman. Un séjour qui s'est avéré moins problématique que prévu.


Avec notre correspondante à Londres,  Muriel Delcroix

Cette grosse commande d'avions militaires par Riyad vient couronner une visite rondement menée et des plus positives à la fois pour le prince héritier Mohammed ben Salman et pour Londres.

Les 48 appareils de combat, construits par le groupe de défense britannique BAE Systems, font partie d'un vaste accord extrêmement lucratif en discussion depuis longtemps entre les deux pays.

Ce partenariat de relations commerciales et d'investissements pourrait atteindre plus de 72 milliards d'euros dans les prochaines années et il a été salué par le gouvernement britannique, en quête de partenaires commerciaux en vue du Brexit, ainsi que par l'Arabie saoudite qui cherche de son côté à attirer les investisseurs étrangers en vantant les bienfaits de ses récentes réformes.

Seule ombre au tableau, la sourde animosité des organisations de défense des droits de l'homme et de l'opposition travailliste qui ont réservé un accueil plus que glacial à la délégation saoudienne.

Les manifestations, qui sont pourtant restées limitées, ont surtout porté sur la guerre dévastatrice menée par l'Arabie saoudite au Yémen : les protestataires ont ainsi immédiatement condamné la commande annoncée vendredi, qualifiée d' « accord honteux, synonyme de plus ample destruction pour le peuple yéménite ».

Chronologie et chiffres clés