rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Etats-Unis Union européenne Industrie Commerce et Echanges

Publié le • Modifié le

Acier et aluminium: l’UE privilégie le dialogue avec Washington avant de réagir

media
Le vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, le 8 mars 2018 à Bruxelles. REUTERS/Yves Herman

L’annonce des droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium a beau provoquer un tollé international, les partenaires commerciaux des Etats-Unis pensent encore pouvoir tenter d’éviter une nouvelle guerre commerciale comme la guerre de l’acier d’il y a quinze ans. Du côté de l’Union européenne, l’arsenal est prêt pour réagir, mais l’UE espère toujours une négociation.


Avec notre correspondant à Bruxelles,  Pierre Benazet

Les Européens sont persuadés qu’il y a encore une marge de manœuvre avec la Maison Blanche et même s’ils doutent sérieusement du prétexte sécuritaire invoqué par Donald Trump, ils comptent l’utiliser et se présenter comme des alliés fidèles des Etats-Unis pour échapper à ces mesures à l’instar du Canada et du Mexique.

« Comme l’Europe et ses entreprises ne sont pas la source d’une menace sécuritaire, nous devrions être exemptés de ces droits de douane. Nos entreprises n’ont pas fait de dumping d’acier ou d’aluminium sur le marché américain et ça ne peut donc pas être utilisé comme excuse pour hausser les droits de douane. Nous allons aussi continuer à préparer nos mesures de rééquilibrage avec l’espoir de ne pas être forcés de les utiliser », souligne Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne.

Et ces contre-mesures seront largement mises en avant ce samedi lors de la réunion de la commissaire au Commerce Cécilia Malmström avec le représentant américain au Commerce Robert Lighthizer. Une rencontre avec leur homologue japonais prévue de longue date, mais qui va maintenant porter sur l’acier.

Lire aussi : Acier et aluminium: Donald Trump défend-il vraiment l'industrie américaine?

 

Chronologie et chiffres clés