rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Automobile Suisse Technologies Industrie

Publié le • Modifié le

[Reportage] Une voiture volante présentée au Salon de l’auto de Genève

media
Le véhicule à trois roues (deux à l'arrière, une à l'avant), doté d'un rotor déployable, présenté, ici, le 20 avril 2017 à Monaco. VALERY HACHE / AFP

Le Salon de l'automobile de Genève a ouvert ses portes au public ce jeudi 8 mars. L'occasion pour les visiteurs de découvrir plusieurs dizaines de véhicules inédits, dont l'une des attractions de cette édition : la Pal-V Liberty, une voiture volante venue des Pays-Bas et dont la commercialisation a débuté.


Avec notre correspondant à Genève,  Aurélien Devernoix

A l'oreille, rien ne la distingue du commun des voitures. Mais quand on lève les yeux, ce sont deux pales qui sont en train de se déployer au-dessus de la Pal-V Liberty.

« C'est une vraie voiture qui peut rouler jusqu'à 160 km/h, mais vous avez aussi ce manche pour manœuvrer dans les airs, car en 5 minutes vous pouvez transformer cette voiture en un engin volant », explique Marco Van de Bosch est le directeur commercial de la marque.

La Pal-V est en effet un gyrocoptère, propulsé par une hélice à l'arrière de l'appareil et maintenu en l'air par le mouvement des pales. Une technologie vieille déjà d'un siècle

« La nouveauté, c'est le principe de la mobilité aérienne porte à porte. Vous sortez de votre garage, vous roulez jusqu'à l'aérodrome, vous décollez et vous atterrissez dans une autre ville et vous continuez par la route, vous êtes indépendant et c'est pour ça que nous avons créé cette voiture volante », poursuit Marco Van de Bosch.

Avec ses deux places confortables et une autonomie de 1 300 kilomètres sur la route et 500 dans les airs, la Pal-V prend une option sur un marché émergent, celui du transport aérien urbain et périurbain dans lequel investissent Airbus ou encore Uber. Mais conduire une voiture volante a un coût : 400 000 euros pour le modèle d'entrée de gamme de la marque.

(Re) lire : Le protectionnisme de Donald Trump trouble le Salon de l'auto de Genève