rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
Urgent
Mondial 2018: l'Uruguay bat l'Arabie saoudite 1-0 et se qualifie pour les 8e de finale. Les Saoudiens sont éliminés.

Fiscalité France Finances Entreprises

Publié le • Modifié le

La Française des jeux, une introduction en Bourse envisagée

media
L'Etat détient actuellement 72% du capital de la la Française des jeux et bénéficie d'un monopole de droit sur les jeux de loterie et les jeux à gratter. Alain Jocard / AFP

La Française des jeux et ses populaires loto et euromillions, pourrait rentrer en Bourse. Le gouvernement envisage une privatisation partielle de la FDJ. Le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin, a déclaré que le gouvernement réfléchit à l'ouverture du capital de la société de jeux, tout en gardant le monopole.


Selon le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin, il s'agirait d'une privatisation partielle, car le gouvernement entend garder la main sur l'activité de l'entreprise. Actuellement, l'Etat détient 72% du capital de la FDJ, et jouit d'un monopole sur les jeux de loterie et les jeux à gratter.

Le gouvernement pourrait s'orienter vers une introduction en Bourse. Mais l'on ne sait pas pour le moment quel pourcentage du capital l'Etat est prêt à céder et dans quelles conditions. Il pourrait envisager de s'octroyer des droits de vote double qui lui permettraient de rester décisionnaire, aussi bien sur des problématiques de régulation que de santé publique comme celui de la dépendance aux jeux. 

L'éventuelle cession des parts de l'Etat dans le capital de la FDJ, s'inscrit dans le plan de privatisations voulu par l'exécutif. Aéroports de Paris et le groupe Engie sont également concernés. Le but de ces privatisations est de dégager 10 milliards d'euros d'ici 2020 afin d'alimenter un fonds pour l'innovation promis par Emmanuel Macron.

Mais pour que l'Etat puisse céder partiellement ses parts, il devra procéder à une révision du cadre législatif. Le ministre de l'Economie, Bruno Lemaire, présentera le 18 avril en conseil des ministres, un plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises.

Chronologie et chiffres clés