rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • General Electric exclu du Dow Jones, l'indice vedette de Wall Street
  • Les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (Haley)

Industrie Transport Allemagne Royaume-Uni

Publié le • Modifié le

Economie: Airbus confirme la suppression de 3720 postes

media
Airbus a annoncé la suppression de 3720 postes sans licenciements secs ce 7 mars 2018. REUTERS/ Regis Duvignau

C'est confirmé, la direction d'Airbus va bien procéder à des suppressions de postes dans ses usines européennes. 3 720 d'après la direction du groupe aéronautique qui a exposé son plan ce mercredi 7 mars devant les syndicats. Airbus doit encore négocier les modalités avec les représentants des personnels de ses différents sites européens mais aucun licenciement sec ne serait au programme d'après le groupe.


Dès le week-end dernier, les informations avaient filtré dans le journal La Tribune. Elles se confirment aujourd'hui. Avec 3 720 suppressions de postes annoncées mais pas de licenciements secs selon les syndicats.

Principaux concernés, les sites implantés en Allemagne, en Espagne, et au Royaume-Uni, là où se concentre les programmes A380, le gros porteur d'airbus, et l'A400M l'avion de transport militaire.

Deux programmes dont airbus a décidé de réduire les cadences en raison respectivement de la faiblesse des ventes d’A380 et des retards accumulés dans la production de l'A400M.

L'Allemagne est le pays le plus touché avec 1 900 postes supprimés dans les usines du groupe. Sur le seul site de Filton, au Royaume-Uni, où l'unique activité est l'A400M, 450 postes sont concernés.

Airbus s'engage à les gérer de manière responsable en proposant autant que possible de rediriger les employés vers les programmes qui fonctionnent bien, comme l'A320 et l'A350.

Ce sera le cas en particulier en France où les syndicats n'étaient pas inquiets. D'après Force ouvrière, les 470 postes concernés feront l'objet de redéploiements ou de départs anticipés à la retraite.

Chronologie et chiffres clés