rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Norvège Corruption

Publié le • Modifié le

Le fonds souverain de Norvège monte d'un cran dans la lutte contre la corruption

media
Le fonds de pension norvégien est assis sur les revenus tirés de l'exploitation du pétrole. wikimedias commons

Le fonds souverain norvégien, le plus important du monde, avec mille milliards de dollars d'actifs, somme les milliers d'entreprises dans lesquelles il a investi de mettre en place des mesures anti-corruption efficaces. A eux seuls, les pots de vins versés chaque année dans le monde s'élèvent à 1 500, voire 2 000 milliards de dollars, soit presque le Produit intérieur brut de la France.


Dans son document adressé à quelque 9 000 entreprises dans près de 80 pays dans le monde, le Fonds souverain norvégien conseille aux entreprises plusieurs pistes d'action.

D'abord, la mise en place de politiques anti-corruption efficaces qui devront être transmises de façon claire aux employés, via des formations par exemple.

Il est également question de mieux protéger les lanceurs d'alerte grâce à un système de communication distinct et confidentiel qui leur permettrait de ne pas passer par leur supérieur hiérarchique et de garder l'anonymat.

Adossé à la Banque de Norvège, le plus gros fonds du monde est sensé faire fructifier les revenus pétroliers de l'Etat. Il obéit à des règles éthiques très strictes. Il ne peut pas investir dans des sociétés coupables de violation graves des droits de l'homme ou dont les activités sont néfastes pour l'environnement.

L'année dernière, le fonds norvégien s'est désengagé d'une dizaine de sociétés la plupart impliquées dans le charbon. Elles s'ajoutent aux quelques 130 gros groupes inscrits sur sa liste noire. Parmi eux : Boeing, Airbus, Wal-Mart, ou la marque de tabac Philip Morris.