rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Viaduc effondré en Italie: le bilan est désormais de 38 morts confirmés et de plusieurs disparus (Salvini)
  • Ankara refuse à nouveau de lever l'assignation à résidence du pasteur Brunson (médias)
  • Viaduc effondré en Italie: le gouvernement indique vouloir révoquer la concession autoroutière (ministres)
  • Israël rouvre un passage vital vers la bande de Gaza après des semaines de tensions (officiel)
  • Le président russe Vladimir Poutine se déclare prêt à rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (KCNA)
  • Ankara annonce l'augmentation des tarifs douaniers de plusieurs produits américains (journal officiel)

France Entreprises Emploi et Travail

Publié le • Modifié le

Lactalis: accord pour les salariés de Craon

media
La laiterie du groupe Lactalis à Craon dans la Mayenne est a l'arrêt depuis la découverte de la contamination aux salmonelles. DAMIEN MEYER / AFP

Suite à l'affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle chez Lactalis, dans son usine de Craon en Mayenne, la chaîne de production est à l'arrêt, depuis le 8 décembre, et une partie des salariés se retrouve au chômage technique. Sur les 327 employés du site de Craon, 250 sont depuis deux mois sans affectation. La direction du groupe vient d'annoncer qu'un accord de mobilité a été signé avec les salariés concernés qui ont accepté une nouvelle affectation en attendant que l'usine soit désinfectée dans son intégralité.


L’accord prévoit le redéploiement de 228 salariés de l’usine de Craon vers d’autres sites du groupe laitier. Comme le président de Lactalis s’y était engagé, les employés seront réaffectés sur sept usines situées  à moins de 50 km de leurs domiciles. 

Selon la direction du groupe 128 postes en contrat à durée indéterminée sont vacants sur le département de la Mayenne, mais aussi sur les départements voisins,  en l’Ille-et-Vilaine et dans le Maine-et-Loire. 100 autres postes sont disponibles, mais en contrat à durée déterminée.

Par ailleurs, le géant laitier promet d’accompagner les salariés dans le redéploiement vers les autres usines, car les postes proposés ne correspondent pas forcément à leur qualification initiale.

Les employés qui travaillaient dans la tour de séchage numéro 1, à l’origine de la contamination et qui a été mise à l’arrêt, étaient spécialisés dans le traitement du lait en poudre. La direction s'engage donc à leur offrir des formations « additionnelles » d’ici la fin du premier trimestre.

Même si les salariés au chômage partiel depuis deux mois n’ont pas subi de perte de salaire, cet accord est un soulagement, car il leur permet de conserver leur emploi.

Chronologie et chiffres clés