rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Syrie: douze combattants prorégime ont été tués lors d'une frappe de la coalition internationale (OSDH)
  • France: «La question du maintien de Guillaume Pepy à la tête de la SNCF n'est pas posée» (Griveaux)
  • Economie: Deutsche Bank supprime plus de 7000 postes et coupe dans sa banque d'investissements
  • Israël dévoile un plan pour la construction de 2500 logements en Cisjordanie
  • Italie: deux morts et plusieurs blessés dans le déraillement d'un train

Transport France Emirats Arabes Unis

Publié le • Modifié le

Emirates commande à Airbus 36 A380 et prolonge l’avenir du gros-porteur

media
Un Airbus A380 de la compagnie Emirates s'apprête à atterrir à l'aéroport de Nice, le 18 janvier 2018. REUTERS/Eric Gaillard

La compagnie aérienne Emirates vient de commander 36 exemplaires, dont 20 fermes, de l'Airbus A380 pour un montant de 16 milliards de dollars. La commande d'Emirates porte à 178 appareils le nombre de gros-porteurs achetés par la compagnie émiratie. Une centaine a déjà été livrée. Surtout, elle vient sauver le gros-porteur d'une mort presque annoncée.


Cela faisait deux ans qu'Airbus n'avait pas vendu un seul A380. En début de semaine, le directeur commercial de l'avionneur européen prévenait : « Si nous n'arrivons pas à un accord avec Emirates, il n'y aura d'autre choix que d'arrêter le programme ». Avec la commande d'Emirates, qui pesait déjà pour plus de 40 % dans le carnet de commande en cours, Airbus voit donc sa dépendance à la compagnie du Golfe renforcée. Mais l'heure est au soulagement.

« Emirates a autant besoin d'Airbus qu'Airbus d'Emirates », tempère Jean-Louis Baroux, le patron d'APG Network, un réseau international de représentation des compagnies aériennes. « Emirates dépend pour quasiment la moitié de ses passagers de cet avion-là. La continuation du programme est une bonne nouvelle pour l'un et l'autre », estime cet expert en transport aérien.

Pour ne pas signer l'arrêt de mort de l'appareil, Airbus avait même divisé par deux en trois ans sa cadence de fabrication, passant à un seul exemplaire par mois. afin de prolonger l'activité de la chaîne de production.

Depuis son lancement en 2007, les ventes de l'A380 n'ont jamais répondu aux attentes du constructeur. En cause : des difficultés d'industrialisation qui ont entraîné des retards, la concurrence de l'américain Boeing, et un marché des très gros porteurs en berne.

Grâce à la nouvelle commande d'Emirates, Airbus va poursuivre la fabrication de son A380 pendant au moins dix ans. Le temps, espèrent ses dirigeants, d'engranger de nouvelles commandes. En ligne de mire : le marché chinois, en pleine explosion, l'Inde. Des débouchés importants pourraient également se profiler en Amérique latine.

Chronologie et chiffres clés