rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Santé et Médecine consommation

Publié le • Modifié le

Lait contaminé: Lactalis contraint par le gouvernement à une série d’engagements

media
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a donné une conférence de presse après sa rencontre avec le PDG de Lactalis Emmanuel Besnier, ce vendredi 12 janvier 2018. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Un cas avéré de salmonellose en Espagne, un autre soupçonné en Grèce, ce sont les suites de la contamination du lait infantile Lactalis qui a déjà touché au moins 35 bébés en France depuis le mois de décembre. Le patron de Lactalis a justement été reçu, vendredi 12 janvier, par le ministre de l'Economie. Après avoir accusé jeudi le fabricant du lait infantile contaminé à la salmonelle de « défaillances » dans sa gestion de la crise, et notamment dans le retrait des boîtes nocives, toutes fabriquées dans la même usine, à Craon. Bruno le Maire a fait le point avec l'industriel. Ils sont ensemble parvenus à une série d'engagements.


Le patron de Lactalis a soigneusement évité la presse, comme à son habitude. Le ministre de l'Economie, lui, s'est fait un plaisir de présenter les engagements auxquels il a contraint l'industriel, dans une position devenue trop inconfortable pour négocier.

Après trois vagues de retraits successifs concernant des lots de lait infantile fabriqués à des dates différentes, mais tous issus de l'usine contaminée de Craon, Lactalis devra cesser de ratiociner.

« Lactalis reprendra tous les produits de lait infantile fabriqués sur le site de Craon quelle que soit leur date de fabrication. L’objectif de cette décision radicale est simple : éviter les retards, les difficultés dans le tri des lots et le risque d’erreur humaine », a annoncé Bruno Le Maire.

La difficulté d'identifier les lots concernés avait été avancée par la grande distribution pour justifier que des boîtes censées avoir été retirées de la vente se trouvaient toujours en rayon.

Lactalis devra également communiquer les causes de la contamination « dans les meilleurs délais », et effectuer les investissements nécessaires pour y remédier avant de rouvrir l'usine où a été produit le lait contaminé.

Les salariés de cette usine actuellement au chômage technique seront enfin indemnisés intégralement par l'entreprise.


Le PDG de Lactalis, cet inconnu

Convoqué au ministère de l'Economie pour s'expliquer sur le lait infantile contaminé, Emmanuel Besnier a échappé aux journalistes par une porte dérobée. Mais ce goût du secret n'est pas réservé à la presse, bien que sa dernière photo parue dans les médias remonte à déjà une dizaine d'années.

La plupart des salariés de Lactalis, même au siège social à Laval en Mayenne, affirment ne pas connaitre sa tête. Et jusqu'à Stéphane Le Foll, ancien ministre de l'Agriculture qui avoue ne l'avoir jamais rencontré en 2016 au moment de la crise des éleveurs laitiers.

Emmanuel Besnier, 48 ans, a repris en 2000 la succession de son père et celle de son grand-père, le créateur de l'entreprise en 1933. A l'origine modeste fromagerie devenue un géant mondial de l'agroalimentaire avec 75 000 salariés, Lactalis reste une entreprise familiale. Et, à ce titre, le groupe rechigne à publier ses informations financières. La famille Besnier figure parmi les 20 premières fortunes de France, selon le magazine Challenges.

 

Chronologie et chiffres clés