rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Politique française: Laurent Wauquiez (LR) juge Emmanuel Macron «déconnecté» de la réalité de ses concitoyens (Le Parisien)
  • Israël rouvre l'entrée de Gaza aux marchandises et aux personnes (officiel)

Etats-Unis Emploi et Travail Société

Publié le • Modifié le

Etats-Unis: les salaires ne décollent pas malgré la reprise économique

media
(Photo d'illustration) Manifestation pour une hausse des salaires des employés des fast-foods devant un McDonald à Los Angeles, en Californie, le 29 août 2013. REUTERS/Lucy Nicholson

Aux Etats-Unis, la bonne santé de l'économie et une reprise dynamique ne se répercutent pas vraiment sur les salaires. Une salve de hausses du salaire minimum dans une quarantaine d'Etats et de municipalités aux Etats-Unis a pris effet cette semaine, mais elle ne suffira pas à accroître de façon générale les salaires américains, estiment les économistes.


L'économie américaine est en bonne forme avec une croissance à plus de 3 % et un taux de chômage de 4 %, le plus bas depuis 17 ans. Pourtant, le salaire minimum fixé par le Congrès en 2009 à 7,25 dollars n'a pas bougé depuis.

Localement, 18 Etats et une douzaine de municipalités ont pris l'initiative d'imposer une augmentation du salaire minimum. L'Etat de Washington l'emporte avec un minimum de 11,50 dollars de l'heure.

Les économistes expliquent cette stagnation des rémunérations par le remplacement des salariés bien payés du baby-boom par des jeunes moins bien rémunérés. Autre explication : pendant la crise, les employeurs ont pris l'habitude de réduire le coût du travail pour préserver les profits.

A terme, un faible taux de chômage devrait tendre le marché du travail et inciter les employeurs à rivaliser en proposant de meilleurs salaires. Mais en attendant, les écarts continuent de se creuser. Depuis 1980, les 20 % de salariés les mieux payés ont vu leur salaire augmenter de 27% quand les 20 % les moins bien payés ont vu leur salaires baisser de 1 %.

Chronologie et chiffres clés