rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Telecom médias Finances Entreprises France

Publié le • Modifié le

Altice dans la tourmente, Patrick Drahi à la manoeuvre

media
En pleine dégringolade boursière et sur fond d'inquiétudes Patrick Drahi reprend les commandes d'Altice. ERIC PIERMONT / AFP

L'annonce de mauvais résultats financiers par le groupe Altice, il y a huit jours a déclenché une tempête boursière. Le titre du groupe coté à Amsterdam à perdu un tiers de sa valeur en une semaine. Pour arrêter l'hémorragie, Patrick Drahi, l'homme d'affaires franco-israélien a décidé une vaste réorganisation des dirigeants d'Altice. Lui qui a plutôt coutume de ne pas s'engager directement dans la gestion au quotidien de ses affaires fait ici une exception et reprend les rênes  : il va devenir le président du conseil d'administration, évinçant Michel Combes ex-directeur général d'Altice.


Le groupe de télécoms et médias Altice est en pleine dégringolade boursière après l'annonce de mauvais résultats. Son fondateur, Patrick Drahi, fait donc le ménage à la direction du groupe et reprend lui-même les rênes. Objectif, rassurer les investisseurs inquiets et relancer le développement du groupe. Le groupe de télécoms et medias créé en 2001 a grossi très rapidement en faisant de nombreuses acquisitions dont en 2014 le rachat à Vivendi de SFR alors le 2e opérateur de téléphonie mobile en France.

Altice mise sur le marché américain

Altice s'est diversifié dans les médias avec BFMTV, RMC, le quotidien Libération ou l'hebdomadaire L'Express. A l'étranger, Altice s'est implanté au Portugal, en Israël et aux Etats-Unis. Mais le chiffre d'affaires du groupe au 3e trimestre rendu public le 2 novembre affichait un nouveau recul. Principale filiale du groupe Altice, SFR a été rétrogradée au troisième rang des opérateurs de téléphonie mobile et a perdu sur le fixe 75 000 clients, recul aussi aux Etats-Unis et au Portugal. Patrick Drahi veut donc marquer un coup d'arrêt et retrouver la confiance des investisseurs car il a de grands projets.

Le patron d'Altice veut faire des Etats-Unis le premier marché du groupe, et non plus la France. Outre-Atlantique il est devenu le 4e câblo-opérateur avec le rachat de Suddenlink et il est entré à Wall Street en juin dernier. Altice s'est lancé dans le mobile avec l'opérateur Sprint et il s'apprête à commercialiser une box internet, téléphone et télévision, un produit banal en France mais inconnu aux Etats-Unis. Et pour cela, Patrick Drahi a besoin d'une capitalisation boursière à la hauteur de ses ambitions, d'autant plus que le groupe, en multipliant les acquisitions ces dernières années, a accumulé une dette de 50 milliards d'euros.

Altice perd encore 4,36%

La dégringolade de l'action vient donc à un mauvais moment. Surtout que le succès de cette opération de reprise en main n'est pas acquis : ce vendredi 10 novembre au matin à la Bourse d’Amsterdam, Altice était encore en baisse. Les analystes craignent que le départ de Michel Combes soit le signe d'une détérioration plus grave encore de la situation chez SFR avec des risques de contagion aux Etats-Unis et sur l'ensemble du groupe.

De fait l'ambiance n'est pas au beau fixe chez SFR. L’opérateur promet à ses clients la 4G pour 2018 avant le déploiement de la 5G prévu pour 2020. Mais un plan de départs visant à réduire les effectifs d'un tiers est en cours. Du coup, les clients ont surtout observé une dégradation du service.

Chronologie et chiffres clés