rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Arabie saoudite Corruption

Publié le • Modifié le

L’Arabie saoudite veut confisquer les actifs financiers issus de la corruption

media
Le prince Mohammed ben Salman est à l'origine de cette vague anticorruption. Ici à Riyad, le 24 octobre 2017. REUTERS/Hamad I Mohammed

Dans le cadre de sa campagne anticorruption lancée le week-end dernier, le gouvernement saoudien a annoncé son intention de confisquer les actifs et les liquidités provenant de la corruption. Au total, 800 milliards de dollars pourraient rentrer dans les caisses de l'Etat. Cette éventualité inquiète le monde des affaires.


Après avoir gelé 1 200 comptes bancaires, le prince héritier Mohammed ben Salman a annoncé vouloir confisquer les actifs financiers issus de la corruption. Ils seront purement et simplement rapatriés dans les caisses de l'Etat. Selon le Wall Street Journal, Riyad pourrait ainsi récupérer 3 000 milliards de riyals, soit environ 800 milliards de dollars.

La répression engagée par les autorités saoudiennes est d'une ampleur sans précédent. Elle concerne aussi bien des princes membres de la famille royale, que des ministres, des hommes d'affaires et de riches rentiers. Certains ont été arrêtés, notamment le prince milliardaire Al-Waleed bin Talal, Waleed al-Ibrahim, propriétaire du réseau satellite arabe MBC, le magnat de la construction Bakr Bin Laden et le milliardaire Saleh Kamal.

L'inquiétude se ressent déjà dans le monde des affaires et certains entrepreneurs pourraient prendre les devants en déplaçant leurs capitaux à l'étranger. Pour contrer ce risque, les autorités saoudiennes tentent de rassurer les investisseurs en certifiant que même les entreprises dont les dirigeants sont impliqués dans la vague de corruption continueront de fonctionner normalement. Elles précisent aussi que les comptes gelés sont ceux des particuliers et non des entreprises.

Pas sûr que ces déclarations suffisent à rassurer, voire à attirer les investisseurs dont le pays a pourtant besoin pour faire face aux difficultés liées à la baisse des prix du pétrole.

Chronologie et chiffres clés