rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Finances FMI

Publié le • Modifié le

L'économie mondiale va mieux grâce à une meilleure stabilité financière des pays

media
Les sièges du FMI (c) et de la Banque mondiale (g) à Washington. AFP/Tim Sloan

L'économie mondiale va mieux et son redressement est dû à l'amélioration de la stabilité financière des pays. C'est ce que constate le Fonds mondial international dans son rapport sur la stabilité financière dans le monde publié ce mercredi 11 octobre à l'occasion des réunions d'automne du FMI et de la Banque mondiale. Toutefois, la production mondiale n'est pas à l’abri d'un scénario catastrophe. En cause, selon le FMI, la fragilité du système financier international.


L'appétit vient en mangeant, le risque c'est de devenir trop gourmand. Voilà en substance ce que dit le Fonds monétaire international dans son rapport.

Certes, de bonnes mesures ont été prises à la suite de la crise de 2008. La surveillance bancaire et financière a été renforcée, et les fonds propres des grandes banques ont été renforcés.  

Le problème, dit le FMI, c'est qu'en raison des politiques monétaires accommodantes, il y a aujourd'hui trop de liquidités sur les marchés financiers, et cela incite les investisseurs à chercher les actifs rentables là où ils le peuvent. Le risque de nouvelles bulles financières est donc bien réel.

D'un autre côté, le FMI met en garde contre les risques liés à l'arrêt brutal des politiques monétaires accommodantes des banques centrales, estimant qu'un ajustement trop rapide de ces mesures pourrait provoquer des turbulences indésirables sur les marchés financiers.

La prudence est donc de mise. D'autant que l'envolée de la dette chinoise ne cesse d'inquiéter le FMI. Les crédits issus de la finance de l'ombre et empruntés par les entreprises chinoises pèsent sur la stabilité financière du pays.