rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique
  • Pérou: le congrès péruvien autorise à une large majorité l'utilisation du cannabis à fin thérapeutique

Finances FMI

Publié le • Modifié le

Economie: le FMI revoit à la hausse ses prévisions sur la croissance mondiale

media
Le logo du FMI, lors de l'assemblée de printemps du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, à Washington, le 21 avril 2017. REUTERS/Yuri Gripas

Le Fonds monétaire international s'est montré plus optimiste ce mardi 10 octobre sur la croissance mondiale. Selon le FMI elle devrait atteindre 3,6% cette année et 3,7% l'an prochain, soit une légère amélioration de 0,1 point dans les deux cas par rapport aux précédentes prévisions de juillet. Malgré son optimisme, le FMI préconise des réformes afin de consolider cet élan.


Le FMI se base sur deux facteurs pour relever ses prévisions : l’accélération de la demande dans les pays avancés et l’amélioration de la situation économique dans la plupart des grandes économies émergentes.

Ce sont les pays de la zone euro, la Chine, le Japon, le Canada et les Etats-Unis qui ont surtout contribué au regain d'optimisme du FMI. Fait exceptionnel, pour la première fois depuis 10 ans la reprise s’étend sur un plus grand nombre de pays, soit les trois quarts de la planète.

Cette embellie de l’économie mondiale ne doit  pourtant pas conduire à l’autosatisfaction, prévient l’institution de Washington. Le FMI exhorte les gouvernements à mener des réformes structurelles afin de consolider à long terme cette reprise.

Plusieurs risques pourraient fragiliser son caractère durable : les tensions géopolitiques dans différentes régions du monde, la faiblesse persistante de l'inflation et la diffusion incomplète de la croissance dont 25% de l'économie mondiale se  trouve exclue, en particulier de nombreux pays producteurs de matières premières, parmi lesquels beaucoup seront exposés aux effets des changements climatiques.