rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

France Défense

Publié le • Modifié le

France: le budget de la Défense redresse la barre

media
La ministre de la Défense Florence Parly, à sa sortie de l'Elysée après le Conseil des ministres, à Paris, le 27 septembre 2017. CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Le ministère des Armées annonce un budget en hausse à 34,4 millions d'euros, en hausse de près de 5%. « Il marque une augmentation historique des ressources allouées à la Défense après de très faibles augmentations depuis 10 ans et des déflations très importantes au niveau des effectifs depuis 15 ans », mais cette augmentation intervient après une coupe de 850 millions d'Euros en 2017, et alors que 700 millions d'euros sont toujours gelés par le ministère des Finances. Le budget 2018 de la Défense permettra donc tout au plus de « limiter la casse ».


►Le budget de la défense reprend des couleurs

Pour l'entourage de la ministre Florence Parly, « c'est le budget de la remontée en puissance ». 1,8 milliard d'euros supplémentaires. Une somme à relativiser toutefois, car au ministère on reconnaît que près de 1 milliard d'euros (996 millions d'euros exactement) seront encore consacrés en 2018 à financer les décisions sécuritaires prises par François Hollande, notamment en avril 2016 aprés les attentats de 2015. Cela concerne essentiellement, la remonté des effectifs de l’armée. « Ce budget permet de ne pas remettre en cause ce qui était prévu avant et c’est important », commente-t-on au ministère.

►Interrogations sur les Opex

Pour 2018 se pose toujours la question du financement des opérations extérieures. 650 millions d'euros sont prévus pour l'an prochain, mais la France dépense plutôt de l'ordre de 1 milliard d'euros par an, lorsqu'elle envoie ses troupes combattre en Afrique ou au Moyen-Orient. La barre a donc été remontée pour 2018, et cela va continuer graduellement jusqu'en 2020 avec une provision de 1,1 milliard d'euros, ce qui semble beaucoup plus réaliste. « Mais qui sait quels seront alors nos engagements en 2020 ? », s'interroge un conseiller de Florence Parly. Le ministère des Armées et le ministère des Finances bataillent toujours pour savoir qui payera la facture ? Début septembre, le nouveau chef d'état-major des Armées avait mis en garde contre l'idée de faire supporter aux seules Armées la totalité du coût des opérations extérieures. En principe, la facture est partagée en interministériel.

►Programmes décalés et nouveaux matériels

Côté équipements, les coupes de 2017 vont conduire à des étalements de programmes. Report de l'équipement radar des futurs avions d'écoute (ALSR), et du système de renseignement électromagnétique ROEM, qui devrait équiper les drones au Sahel. En revanche, des matériels nouveaux commenceront à entrer en service l'an prochain : un avion ravitailleur (MRTT) pour l'armée de l'air, 125 missiles antichars (MMP) et 8 000 fusils flambants neufs (HK416F) pour l'armée de terre. La marine recevra sa 5e frégate multi-missions (FREMM), en attendant la mise à l'eau de son premier sous-marin Barracuda, initialement prévue pour 2018.

Chronologie et chiffres clés