rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

ONG Coopération et Développement France

Publié le • Modifié le

La France, mauvaise élève de l'aide publique au développement

media
L'Afrique est particulièrement impactée par la baisse des aides mondiales au développement à destination des pays les plus pauvres. Ici, dans un quartier de Soweto en Afrique du Sud en 2013. AFP/Odd Andersen

L'ONG One publie ce lundi 11 septembre son rapport annuel « Financer le siècle africain » et analyse le financement des aides mondiales au développement. Le document compare le budget d'aide de la France à celui des autres principaux pays donateurs. Même si, en 2016, le budget d'aide publique au développement de la France a très légèrement augmenté, il reste loin de l'objectif fixé par les Nations unies. L'organisation demande à chaque pays développé de consacrer au moins 0,7 % de son produit intérieur brut au développement des pays les plus pauvres, contre 0,38 % pour la France en 2016.


En 2016, les aides mondiales au développement ont augmenté de 7,4 %, par rapport à 2015, mais cette amélioration cache d'importantes inégalités. Plus inquiétant : l'aide attribuée aux pays les plus pauvres ne cesse de diminuer. Entre 2013 et 2016, elle est passée de 32 % à 28 % de l'aide totale mondiale, si l'on inclut les dons. C'est principalement le continent africain qui fait les frais de la baisse.

La France se situe en dessous de la tendance mondiale. Elle a augmenté son budget d'aide publique au développement de 5,25 %, avec tout juste 0,38 % de son revenu national brut, alors qu'il était de 0,50 % en 2010. Moins d'un quart de l'aide publique française va aux pays les plus pauvres.

Les Allemands et les Anglais ont pour leur part atteint 0,7 % de leur revenu national brut, comme préconisé par les Nations unies. Quant à la Suède et le Luxembourg, ils font mieux, en dépassant 1 %. Toutefois, les sommes dédiées à l'accueil des migrants sont intégrées au calcul et cela rend la comparaison difficile.

Et ce ne sont pas les déclarations du ministre des Comptes publics Gérald Darmanin qui vont inverser la tendance. En juillet, il avait annoncé une restriction budgétaire de l'aide publique au développement de 141 millions d'euros. Le 29 août dernier, le président Macron a pourtant annoncé une aide publique au développement à hauteur de 0,55 % du revenu national brut d'ici 2022.

→ À relire : L'aide publique au développement à l'heure Macron

Chronologie et chiffres clés