rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Effondrement mortel d'un terminal à l'aéroport de Roissy-CDG en 2004: ADP et trois sociétés renvoyés devant le tribunal (source proche)
  • Brexit: «feu vert» pour préparer à Vingt-Sept des discussions commerciales avec Londres (Donald Tusk)
  • Australie: l'industrie a produit sa dernière voiture, un véhicule de marque Holden
  • Intempéries: Swiss Re estime à 95 milliards de dollars les pertes assurées pour les ouragans dans les Caraïbes et les séismes au Mexique

Pétrole Emirats Arabes Unis matières premières

Publié le • Modifié le

Réunion de l’Opep à Abou Dhabi sur la limitation de la production

media
Les plus grands producteurs veulent que les participants à l'accord se tiennent à l'accord de limitation de la production, alors que les exportations du cartel ont augmenté en juillet. AFP PHOTO / ALEXANDER KLEIN

Les pays pétroliers membres de l'accord sur la réduction de la production pour redresser les prix se retrouvent lundi 7 et mardi 8 août à Abou Dhabi. En effet certains pays semblent ne plus respecter l'accord et relancer leur production.


Les analystes notent que les exportations de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ont augmenté en juillet pour atteindre le niveau le plus haut de l'année, malgré les efforts de l’Arabie saoudite du Koweït et du Qatar qui ont réduit les leurs. La conclusion s'impose : certains pays signataires de l'accord de réduction concertée ne jouent plus le jeu.

La réunion d’Abou Dhabi devrait donner lieu à une explication franche. Car les effets sur les marchés sont sensibles, les prix du pétrole reculaient en fin de semaine et le baril a bien du mal à repasser le seuil des 50 dollars.

Pourtant l'objectif de l'accord entre l’Opep et des pays non-Opep comme la Russie était bien de réduire l'offre jusqu'en mars 2018 afin de faire remonter le cours du baril.

Une précédente réunion du comité de suivi de l'accord, le 24 juillet à Saint-Pétersbourg, avait quelque peu rassuré les marchés, car l'Arabie saoudite et la Russie avaient haussé le ton sur la nécessité de respecter les quotas de réduction. Il semble bien que cela n'ait finalement pas suffi.

Chronologie et chiffres clés