rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti

Automobile France Industrie

Publié le • Modifié le

Renault-Nissan: le salaire de Carlos Ghosn dans le collimateur des actionnaires

media
La rémunération de Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, avait déjà été au coeur d'une polémique l'an dernier. REUTERS/Benoit Tessier

L’assemble générale annuelle du groupe Renault, qui se tiendra ce jeudi 15 juin à Paris, promet d’être houleuse. Les actionnaires doivent se prononcer sur la rémunération controversée du PDG, Carlos Ghosn. Selon Reuters, les banquiers du groupe Renault-Nissan auraient élaboré un projet permettant d’augmenter substantiellement les bonus annuels de Carlos Ghosn.


Le groupe automobile aurait travaillé à la création d'une société offshore pour y transférer 8% des synergies créées par la récente alliance entre Renault-Nissan et Mitsubishi. Les bénéfices dégagés par cette alliance sont considérables puisqu’ils pourraient atteindre 5,5 milliards d’euros l’an prochain.

Via cette société basée aux Pays-Bas, les 6 premiers dirigeants du groupe pourraient être payés sous forme de super bonus qui échapperaient ainsi à la supervision des actionnaires. Ces révélations ont été démenties par le porte-parole de l’alliance.

Si les informations de Reuters sont avérées, ce projet serait un moyen pour les dirigeants du groupe de contourner à terme le contrôle des actionnaires sur leurs salaires. Car si cette année, le vote de ces derniers est consultatif, il sera grâce à la loi Sapin 2 contraignant à partir de l’an prochain.

L’état français, principale actionnaire de Renault s’oppose régulièrement à la rémunération de Carlos Ghosn, considéré comme disproportionnée. L’an dernier, il a gagné plus de 15 millions d’euros, devenant ainsi le troisième patron le mieux payé du CAC40.

Chronologie et chiffres clés