rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Le prix Goncourt des lycéens est décerné à David Diop pour «Frère d'âme» paru au Seuil
  • Affaire Khashoggi: le parquet saoudien requiert la peine de mort pour cinq personnes accusées d'avoir drogué et démembré le journaliste
  • Suella Braverman, secrétaire d'Etat chargé du Brexit, est la quatrième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Brexit: Esther McVey, la ministre du travail, est la troisième personne à démissionner au sein du gouvernement britannique
  • Justice internationale: les arrestations de l'opposant Navalny visaient à «étouffer le pluralisme politique» en Russie (CEDH)
  • Accord sur le Brexit: démission du ministre britannique en charge du dossier, Dominic Raab
  • Accord sur le Brexit: c'est «une bonne nouvelle pour l'économie française» (Le Maire)
  • Electricité: fermeture possible des centrales à charbon françaises après 2020 (gestionnaire)
  • Accord sur le Brexit: Shailesh Vara, secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord annonce sa démission
  • Brexit: Donald Tusk annonce un sommet européen le 25 novembre pour signer l'accord de retrait

France OGM

Publié le • Modifié le

France: des militants anti-OGM investissent un champ de colza

media
Un champ de Colza en Côte d'Or en France. Myrabella / Wikimedia.org

Une centaine de militants anti-OGM ont investi un champ d'essais de colza du géant allemand de l'agrochimie BASF dans le centre de la France. Ces « faucheurs volontaires » s'opposent à une technique qui rend une semence de colza tolérante aux herbicides.


Les faucheurs qui ont entrepris l'arrachage de ce champ de colza expérimenté par BASF dans le département de la Côte-d’Or dénoncent une technique qui ne relève pas, à tort selon eux, de la législation européenne sur les organismes génétiquement modifiés, l'objectif étant de rendre ce colza tolérant aux herbicides.

Les militants anti-OGM veulent alerter le public sur les plantes qui se retrouvent dans les assiettes sans pour autant avoir été étiquetés OGM. Pour BASF, les techniques mises en œuvre dans ce champ sont autorisées car ce ne sont pas des OGM. Le groupe chimique accuse les opposants de méconnaître l'agronomie et la biologie.

Les faucheurs volontaires quant à eux affirment ne pas être opposés à la recherche scientifique à condition qu'elle réponde aux besoins de la société et pas aux intérêts du marché. Notamment, ils s'opposent y compris par l'action et la désobéissance civique à l'expérimentation en plein champ qui favorise la contamination des autres espèces végétales alentour.

Chronologie et chiffres clés