rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • General Electric exclu du Dow Jones, l'indice vedette de Wall Street
  • Les Etats-Unis se retirent du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (Haley)

Publié le • Modifié le

Le football grec "au bord du précipice" selon la Fifa

Par AFP
media
Le président du Paok, Ivan Savvidis (C), pistolet à la ceinture, entre sur le terrain après un but refusé à son équipe face à l'AEK Athènes, le 11 mars 2018, à Thessalonique AFP

La Fifa a estimé mercredi à Athènes que le football grec était "au bord du précipice" et que le "Grexit qui paraissait lointain ne l'est plus" désormais, après les récents incidents sur les terrains et l'apparition du président du PAOK armé durant un match.

Le championnat grec de Super League est suspendu depuis lundi à cause de l'irruption dimanche soir sur le terrain, une arme à la ceinture, du patron du PAOK Ivan Savvidis mécontent d'une décision d'arbitrage, énième incident sur un terrain de football grec.

"Ce comportement nous a poussés à venir ici pour faire des recommandations", a souligné lors d'une conférence de presse le président du comité de surveillance de la Fifa en charge de la Grèce, Herbert Hübel, après une rencontre avec le ministre des sports Yiorgos Vassiliadis et le président de la Fédération grecque de football Evangelos Grammenos.

"Le football grec est au bord du précipice", a-t-il observé, "un Grexit (une sortie de la Grèce de la Fifa) qui paraissait lointain ne l'est plus".

M. Hübel a appelé à ce qu'il y ait "une déclaration, des promesses, à ce que toutes les parties prenantes posent les armes".

Le PAOK, dont le président a fini par s'excuser auprès de tous, mardi, est à présent menacé de relégation, le procureur grec des Sports ayant demandé mercredi des sanctions.

Le bouillant M. Savvidis, un homme d'affaires russo-grec, pourrait pour sa part être interdit de stade pendant une durée allant jusqu'à trois à cinq ans, outre une amende de 50.000 euros.

"Le but d'un match est de gagner, mais ni par la force ni par les armes, les menaces ou le chantage", a ajouté M. Hübel.

le-cb-mr-jph-od/adc/bdx