rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Publié le • Modifié le

Hand: le PSG surclasse Saran et reprend la tête

media
L'ailier du PSG Luc Abalo face à Veszprem lors du Final Four, le 3 juin 2017 à Cologne AFP

Le Paris Saint-Germain handball a préservé son invincibilité en surclassant Saran (36-28), jeudi en clôture de la 5e journée de D1 dans le Loiret, et rejoint Montpellier en tête du classement.

Grâce à une meilleure différence de buts, les Parisiens occupent la première place devant le club héraultais qui a lui aussi remporté ses cinq premiers matches de la saison, le dernier à Cesson-Rennes (28-23) mercredi.

L'armada de la capitale n'a pas fait de détails face au deuxième plus petit budget de l'élite, qui avait assuré son maintien lors de l'ultime journée en juin, et a su contenir le meneur de jeu espagnol Chema Rodriguez (0 but).

A la pause, Luc Abalo (8 buts, meilleur marqueur) et ses partenaires avaient déjà fait le trou (17-11) grâce aux nombreuses pertes de balles adverses (14 contre 7).

L'écart a enflé au retour des vestiaires pour grimper jusqu'à +14 (30-16) après deux buts consécutifs du jeune ailier gauche Dylan Nahi (17 ans), appliqué au relais de la vedette allemande Uwe Gensheimer.

Fabien Courtial, l'entraîneur de Saran, a demandé lors d'un temps mort à ses joueurs de terminer la partie "dignement".

Ces derniers l'ont écouté et ont fait dégonfler un peu l'écart les séparant des Parisiens grâce notamment à une bonne rentrée du gardien Alexis Poirier et l'efficacité de Japhet-Romuald Kolle (4/4).