rfi

À l'écoute
  • Direct Monde
  • Direct Afrique
  • Dernier journal Monde
  • Dernier journal Afrique
  • Dernier journal en Français facile
  • Dernier journal Amériques - Haïti
  • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
  • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
  • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
  • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

Publié le • Modifié le

Coupe d'Europe: La Rochelle dans le grand bain européen

media
Le flanker Victor Vito lancé avec La Rochelle contre le Racing 92 dans le choc du Top 14 disputé au stade Marcel-Deflandre, le 12 octobre 2017 AFP/Archives

Le grand saut dans l'"inconnu". Surprise de la dernière saison de Top 14, le Stade Rochelais va connaître pour la première fois de son histoire la Coupe d'Europe, samedi sur le terrain des Harlequins, avec l'ambition d'aller le plus loin possible et de poursuivre sa progression.

"On partira un peu dans l'inconnu" mais "un inconnu qu'il nous tarde de découvrir", résume Patrice Collazo, le manager des Maritimes.

"Samedi, ce sera une première fois. Et chaque première fois marque une étape dans l'histoire du club", ajoute-t-il.

Cette compétition, l'ancien pilier la connaît bien pour l'avoir remportée deux fois avec Toulouse (2003, 2005) aux côtés de son adjoint en charge des arrières, Xavier Garbajosa. Mais ce sera sa grande première sur le banc d'un club qu'il a fait remonter de Pro D2 en 2014 avant de l'installer dans l'élite.

Les Rochelais ont beau faire leur entrée sur la grande scène européenne sur la pointe des pieds, ils ne se fixent toutefois pas de limites.

"Notre objectif, c'est d'aller le plus loin possible. Si c'est +rester+ dans la poule, c'est rester dans la poule, si c'est sortir en quarts, c'est sortir en quarts, si c'est aller en demies, c'est aller en demies", assure Collazo.

- 'On la jouera à fond' -

"On ne veut pas que les joueurs la traversent comme une compétition de plus, un match de plus. On la jouera à fond. Il y aura à chaque fois la meilleure équipe, la plus compétitive possible, comme on a toujours fait en Top 14. On peut pas se permettre de calculer", ajoute le manager.

Leur baptême du feu au Twickenham Stoop face aux Londoniens des Harlequins aura valeur de test pour leurs ambitions dans la poule 1, avant de recevoir l'Ulster à Marcel-Deflandre le week-end prochain et d'enchaîner avec une double confrontation face aux Wasps en décembre.

"On va voir en fonction de ce match" contre les "Quins", estime Garbajosa. "Le niveau de la Coupe d'Europe est sensiblement voire largement au-dessus de celui du Challenge" européen, compétition dans laquelle La Rochelle avait été battue en demi-finale à domicile par Gloucester la saison dernière (14-16).

"On va tutoyer tout ce qui se fait de mieux en Europe. Ça va être plus dur, plus long", prévient l'ancien trois-quart international.

Ses joueurs, malgré leur inexpérience, sont impatients de la découvrir. "La +Champions Cup+, je l'ai toujours regardée à la télévision et c'est sympa de la découvrir avec le Stade rochelais avec qui j'ai un peu tout connu", s'enthousiasme le troisième ligne international Kevin Gourdon, arrivé en Charente-Maritime en 2012.

"On n'est pas nombreux à l'avoir jouée dans le groupe, cette compétition. Mentalement, ça va être dur de passer d’une compétition très intense à une autre mais je pense qu’on est capable de le faire. Ça peut nous faire bizarre puisque l'on est un peu dans l'inconnu, mais tout ce que l'on a vécu l’an dernier (1re place de la saison régulière du Top 14 puis défaite en demi-finale, NDLR) va nous servir", assure-t-il.

Et quoi qu'il arrive, "ça va nous permettre de grandir". Encore un peu plus.